Top

Présidentielle. L’UMP explosera t-il le PS au second tour ?

le 5 mai 2012 à 14:02 

J.-François Copé en rajoutait une louche en annonçant que Sarkozy allait faire plier François Hollande que le candidat sortant avait affronté mercredi soir. Rien de tout cela.

Au vu des performances exceptionnelles de Hollande durant le débat et que relèvent de très nombreux commentateurs, tout porte à croire que le candidat socialiste sera bien le futur président. Et c’est peut-être l’UMP qui explosera : Marine Le Pen attend d’en ramasser les morceaux pour constituer son puzzle : une droite qui aura perdu toute trace républicaine et dont les Lucas, Christian Vanneste, Thierry Mariani et autres leaders de la droite dite «populaire» apporteront leur concours actif, opérant ainsi une transformation qu’ils appellent de leurs vœux depuis plus d’une année.

Tout au long des 2 heures 55 minutes qu’a duré la confrontation télévisuelle, ce qui, en vérité, a explosé face aux yeux et aux oreilles des 17,8 millions de téléspectateurs qui ont suivi le débat, c’est plutôt un candidat socialiste maître de ses nerfs sur la forme et de ses dossiers sur le fond, offensif, au profil tout à fait présidentiable, ramenant régulièrement Sarkozy à son bilan, aux cinq années de sa gouvernance et le confinant dans une certaine fébrilité, sur la défensive, assénant même quelques contre-vérités.

Au final ? Dimanche 6 mai, le score de l’un et l’autre des deux candidats ne va sûrement pas faire mentir les intentions de vote déjà exprimées par les sondages (47% pour Sarkozy et 53% pour Hollande) : le candidat PS devrait l’emporter, et d’ores et déjà Marine Le Pen se frotte les mains, un boulevard, estime-telle, se présentant devant elle pour son parti. Elle affirmait au lendemain du débat que «l’élection était jouée déjà, que Nicolas Sarkozy était battu et que très objectivement François Hollande a dominé et qu’il a donné une image différente de lui en terme de posture, il a rempli son rôle».

C’est dire ! La stratégie de droitisation forcenée concoctée par l’occulte conseiller d’extrême droite Patrich Buisson n’a manifestement pas payé, Marine Le Pen ne voulant pas échanger ses six millions de voix et demi d’électeurs, même contre l’honorabilité républicaine que lui a récemment décernée le candidat sortant. C’est justement cette incroyable droitisation continue du candidat sortant qui a poussé François Bayrou, candidat du MoDem (9,13% de voix au 1er tour), à créer une onde de choc sans pareille dans les rangs du candidat sortant. Déclarant voter pour Hollande, même s’il ne partageait pas le programme économique du candidat socialiste et même s’il n’est pas et ne deviendra pas un homme de gauche, il explique son choix pour Hollande : «Nicolas Sarkozy, après un bon score de premier tour, s’est livré à une course-poursuite à l’extrême droite dans laquelle nous ne retrouvons pas nos valeurs, dans laquelle ce que nous croyons de plus profond et de plus précieux est bousculé et nié dans son principe.

La ligne qu’a ainsi choisie Nicolas Sarkozy entre les deux tours est violente, elle entre en contradiction avec les valeurs qui sont les nôtres, pas seulement les miennes, pas seulement celles du courant politique que je représente, mais aussi les valeurs du gaullisme, autant que celles de la droite républicaine et sociale.» Bayrou n’a pas donné de consigne de vote à ceux qui ont voté pour lui, mais sa décision est de taille, elle rompt pour la première fois l’alliance traditionnelle centre-droite et amènera forcément des voix au candidat de gauche. Commentant la décision de Bayrou, le candidat sortant a estimé vendredi que «cela manque de cohérence» et qu’il était «quand même curieux d’appeler à voter pour quelqu’un en qui on a si peu confiance».

Quant à François Hollande, saluant la décision de Bayrou, il pense que ce dernier «a pris conscience que le candidat sortant divisait et que je rassemblais, qu’il y avait un risque pour le pays s’il devait être reconduit cinq ans de plus». Mais très réaliste, il poursuit : «Ça ne veut pas dire qu’il rejoint ma candidature. Je respecte son indépendance, sa liberté. Et je ne prends pas ce vote comme un ralliement en aucune façon. C’est au contraire un vote d’indépendance et n’en tirez pas les leçons qui pourraient être faciles.» Cette réaction très claire de Hollande, précisant qu’il n’y a eu aucune négociation ni même aucun contact entre les deux hommes, a amené Mélenchon (ex-candidat du Front de gauche) à déclarer : «Je me réjouis de voir se diviser la droite. La décision de monsieur Bayrou part d’un honnête sentiment républicain que la violence des discours glauques de Nicolas Sarkozy insupporte.

La déroute du candidat UMP est très bien engagée. Bien sûr je ne suis pas naïf. Je tiens à l’œil l’ami de la règle d’or.» Présidentiable ce candidat mou, sans expérience ? Assurément non, répétaient à l’envi à propos d’Hollande, Nicolas Sarkozy et ses soutiens. Mais dès la fin du débat de jeudi, il a bien fallu admettre que «Hollande a affirmé son autorité avec la plus grande fermeté». En cinq ans de votre gouvernance, «la France a été heurtée, les Français ont été divisés, je veux les réunir et donner une vision à la France».

Et là, alors qu’il avait développé déjà longuement son programme pour instaurer la justice sociale, résorber le chômage, réduire les déficits publics, renégocier le nouveau traité européen, et après avoir persisté et signé son engagement sur le droit de vote des étrangers aux élections locales, il enchaîne avec une tirade que personne et surtout pas son adversaire n’attendait : une dizaine de points de ce que sera sa présidence par opposition à ce qu’a été celle de Sarkozy, faite essentiellement d’injustice, de présidence sans partage, de l’absence d’indépendance de la justice, de l’absence d’exemplarité dans la gouvernance et enfin de conduite au jour le jour, sans vision, de la France.

Pour la plupart des éditorialistes, le seul débat entre les deux candidats avant le second tour dimanche ne devrait pas changer fondamentalement le rapport de force, le favori des sondages François Hollande ayant de plus «marqué des points» quant à sa stature présidentielle. Avec la décision de Bayrou, l’éventualité de voir élu Hollande président se renforce. Restera, cependant, le dernier mot aux votants de dimanche qui donneront un visage nouveau ou non à la France.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (16 votes, moyenne: 3,88 de 5)
Loading...

13 Réponses à “Présidentielle. L’UMP explosera t-il le PS au second tour ?”

  1. Pat 5 mai 2012 23:29

    Les français ne savent pas ce qu’ils veulent Les hollandes sont des assistés !! Les Sarko des travailleurs ! Moi si hollande passe j’arrête de travailler je ne lui donnerais pas mes impôts !

  2. Jol 5 mai 2012 14:28

    Si hollande passe fini la France

  3. Justinette 5 mai 2012 13:34

    J’ai trouver l’occasion de dire si vous aimez ou non ! http://www.topadoo.com/156099
    Faite vôtre choix pour Hollande ou Sarkozy , )

  4. ligo 5 mai 2012 13:27

    @Gilles
    Si vous voulez on peut demander à reporter le second tour de quelques semaines (ou mois) le temps que votre champion se refasse une santé et qu’il n »gocie son âme avec Marine !! Avec un tel délai et beaucoup de chances les courbes se croiseront peut être ?????

  5. evidence 5 mai 2012 13:20

    Pardonnez-moi, mais j’ai trouvé F. Hollande très posé, très calme et très présidentiable, pourtant, j’ai toujours voté à droite depuis plus de 30 ans.
    Ce sera la 1ère fois que je voterai à gauche demain.
    Je crois en cet homme là, plus respectueux des français dans son comportement et sa façon de parler.

  6. Lio 5 mai 2012 13:20

    Les socialistes eux-mêmes vous disent pourquoi il faut Hollande

    A voir !!

    et FH tellement cynique :

  7. divrig 5 mai 2012 12:59

    Le mollusque était tellement visqueux qu’il était impossible de l’exploser.

  8. Coketail 5 mai 2012 12:52

    Une news pas du tout subjective, chapeau bas…

  9. jojo 5 mai 2012 12:17

    « les sondages continuent de faire progresser »?je crois que nous sommes dans la marge d’erreur,de ce point de vue les sondages me semblent constants,nous verrons tout cela demain,au passage les sondeurs ne se sont pas tropmés pour le 1er tour,les derniers donnaient 17 au FN,il en a obtenu 17.90,n’en déplaise à tous ceux qui décrient les sondages qui ne correspondent pas à leur souhait.

  10. Gilles 5 mai 2012 11:56

    personellement, je crois la victoire de Sarkozy tout à fait possible genre 50,2%.. Hollande reste devant mais Sarkozy progresse de jour en jour et si on pousuit les courbes,elle se croiseront. En plus Sarko cartonne chez les personnes agées qui votent beaucoup contrairement aux jeunes.

    La réelection de Sarkozy serait pour une mauvaise chose pour la France à tous les niveaux, une catastrophe industrielle aussi. Ce président a tout raté sauf de rendre plus riches les plus riches

    Rien n’est fait

  11. toiles 5 mai 2012 09:03

    La performance de françois Hollande a tellement explosé à la face des millions d’électeurs que les sondages continuent de faire progresser sarkozy,

    Il semblerait que les désirs aient été pris pour des réalités….

    Pourquoi en rajouter, puisque vous êtes si surs de gagner !

  12. raviolix 5 mai 2012 08:54

    Dans le programme de F Hollande, il y a certes du socialisme souhaitable et qu’on attend vraiment, mais aussi quelque chose d’anti-français en marge symbolisé sous le terme exagéré de « lutte » (à lire) qui va me faire rejoindre les bancs des abstentionnistes. Quant au programme de NS, c’est de l’ultra libéral américain…pas mon genre non plus! donc dur,dur de voter. Bah, aux législatives, je voterais pour le perdant quelqu’il soit.

  13. juju 5 mai 2012 08:46

    Qu’est-ce qui vous permet d’écrire en titre d’article « je vais l’exposer ! »

    Du gros n’importe quoi ! Si les médias pensent manipuler et orienter le choix des électeurs, c’est vraiment très mal connaître les français.

    D’un côté le bon candidat, de l’autre le méchant ! MDR !

    regardez ceci :

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom