Top

François Bayrou : « En 2007, Nicolas Sarkozy était une promesse, c’est aujourd’hui l’homme du bilan »

le 7 avril 2012 à 11:32 

Si peu de chances qui étaient apparues à François Bayrou il y a quelques semaines, à la faveur de sondages particulièrement flatteurs, de se retrouver au second tour de la présidentielle se sont aujourd’hui bel et bien envolées, il semblerait que ce dernier ne soit pas prêt à se chercher une porte de sortie.

En effet, alors que de nombreuses sources affirment que Nicolas Sarkozy serait prêt à offrir le poste, très convoité, de Premier ministre au président du MoDem, celui-ci plutôt que de faire le dos rond attaque le candidat-président et ne l’épargne pas.

«En 2007, Nicolas Sarkozy était une promesse, c’est aujourd’hui l’homme du bilan», a déclaré devant la presse François Bayrou, disant être frappé que le candidat de l’UMP «n’arrive pas, après cinq ans de mandat, à dégager un plan d’action pour le pays». «Quand on a comme lui exercé le pouvoir, on devrait savoir où sont les priorités et en tirer un plan pour l’avenir. Or, ce n’est pas le cas», a insisté le candidat centriste, qui fait l’objet actuellement de toutes les attentions de l’UMP, sachant que son choix d’entre les deux ours pourrait être décisif pour l’un ou l’autre des deux favoris.

«Son programme, c’est une dispersion de mesures sans liens, disparates, sans cohérence, rien de nouveau, rien de construit», a estimé

M. Bayrou à propos de la lettre programme présentée par Nicolas Sarkozy la semaine dernière. Cette attaque en règle et même assez brutale pourrait avoir annulé les chances de Bayrou d’occuper le poste de Chef du gouvernement. La position qui, de manière réaliste, serait la position la plus élevée que pourrait exercer le centriste au sein de l’État. Car si l’obsession du président du MoDem à briguer la présidence semble devoir survivre encore de nombreuses années il est assez peu probable qu’il y parvienne un jour. Car si sa popularité arrive à atteindre les pics satisfaisants et même plutôt flatteurs en périodes électorales, François Bayrou est totalement invisible en dehors.

Ces cinq dernières années auront par exemple démontré que malgré son très bon score en 2007, il pouvait se faire très vite oublié par ceux-là mêmes qui ont voté pour lui. Or, le poste de Premier ministre pourrait lui permettre de rester à la une de l’actualité et de démontrer aux plus sceptiques qu’il est capable de diriger un gouvernement et donc un État. Mais il semblerait que l’amour propre de Bayrou soit plus fort que son ambition, et même si personne n’a authentifié les rumeurs voulant que Sarkozy pense à lui pour Matignon, en agissant comme il le fait, le président du MoDem laisse probablement passer sa seule chance de briller enfin.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

2 Réponses à “François Bayrou : « En 2007, Nicolas Sarkozy était une promesse, c’est aujourd’hui l’homme du bilan »”

  1. pandem 7 avril 2012 22:04

    En 2007, il a prévenu
    des risques de la dette grandissante et il avait raison,
    du rôle central de l’éducation,
    de la nécessité de réindustrialiser le pays, et il avait raison
    de la nécessité d’avoir des responsables politiques irréprochables loin des conflits d’intérêts, et les « affaires » nombreuses montrent que là aussi il avait raison,
    Il dénonçait la politique hyper répressive et stigmatisante de Sarkozy qui n’aboutirait à aucun résultat sur la sécurité, et continuerait de diviser les français et de renforcer le risque de crise sociale, et il avait raison.
    Il avait trouvé çà complètement honteux et stupide d’accueillir Kadhafi avec les honneurs en France, et il avait raison.
    Revisionnez les vidéos de Bayrou de 2007, vraiment…ça vaut le coup pour d’apprécier la qualité de ce homme politique.
    Lui ne se résume pas un un simple communiquant, à un « show man » à 2 francs 6 sous.
    Lui n’est pas un penseur « court terme ».
    Il ne fait pas des promesses intenables.
    Il ne s’appuie pas sur des perspectives de croissance totalement illusoires comme nos 2 candidats de l’UMPS. Il suit les prévisions des organismes internationaux à ce sujet (OCDE, FMI, commission européenne)
    Il prévoit un commissariat aux stratégies et un agenda long terme 2012-2020 car comme il le dit « gouverner, c’est prévoir ».
    Il est à 10 % dans les sondages, peut-être. Mais de grands hommes politiques ont été bien seuls dans certains moments clé de l’histoire de France. En 1939-40 notamment. Ce sont les idées qui comptent avant tout. Pas les courbes d’intention de vote ou le contexte politico-politicard.
    Bayrou c’est bien lui dont nous avons besoin pour la France.
    Est-ce que les électeurs vont s’en apercevoir à temps, bon sang de bonsoir !

  2. 100reproches 7 avril 2012 13:29

    Franchement, plus je les lis et plus je pense que N sarkozy n’a plus sa place, de même que F Hollande ne la mérite pas plus.

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom