Top

Mali : Les diplomates algériens sont-ils libérés ou détenus ?

le 9 avril 2012 à 9:50 

Libérés ou toujours détenus par leurs ravisseurs ? Telle a été la question qui a sonné l’alerte hier, jusqu’en fin d’après-midi, au niveau des rédactions. Dans la journée, des informations ont fait état de leur libération. Des informations que les autorités n’ont, cependant, ni confirmées ni infirmées.

A la mi-journée, l’envoyée spéciale du journal El Watan au Mali envoie un câble à sa rédaction sur la libération des diplomates algériens. L’information est balancée sur le site du journal. Un peu plus tard, le journal électronique DNA confirme l’information auprès de Moussa Ag Acharatoumane, chargé des droits de l’Homme au Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA).

«Nos contacts sur place dans cette ville nous ont confirmé que les diplomates algériens ont été libérés sains et saufs ce dimanche par leurs ravisseurs», a confié Ag Acharatoumane, précisant que les otages ont été ramenés au consulat d’Algérie à Gao. Moussa Ag Acharatoumane a souligné également que le MNLA a pris part aux négociations qui ont permis la libération des diplomates algériens qui ont fait l’objet d’un rapt jeudi dernier et conduits à une destination inconnue, où ils étaient maintenus otages. Le rapt et la prise d’otages n’ont été revendiqués que le dimanche matin. C’est le Mouvement unicité du djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), une dissidence d’Aqmi, qui a revendiqué, dans un court message transmis à l’AFP, l’enlèvement du consul d’Algérie et de ses six collaborateurs.

Rappelons que ce groupe terroriste s’est déjà signalé en octobre 2011 par l’enlèvement de trois ressortissants européens, deux Espagnols et une Italienne, dans les camps des réfugiés sahraouis à Tindouf. Il est également l’auteur de l’attentat kamikaze qui a ciblé une brigade de la gendarmerie à Tamanrasset. Avant que le Mujao ne souligne sa responsabilité dans cet enlèvement, le soupçon avait pesé sur l’Aqmi, voire encore Ansar Eddine, deux autres organisations islamistes radicales qui s’étaient greffées à la rébellion touarègue dans le nord du Mali sous la bannière du MNLA.

Cela étant, on ne sait pas, du moins jusqu’à hier, de quelle manière s’est opérée la libération des diplomates algériens, si libération il y a eu effectivement. A en croire le chargé des droits de l’Homme au MNLA, la libération serait le fruit de négociations. Moussa Ag Acharatoumane a soutenu, en effet, que le MNLA a participé aux négociations. Ce qui suppose qu’il y aurait d’autres parties impliquées, outre évidemment les ravisseurs. Samedi, le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, a affirmé que «nous n’avons toujours pas enregistré, jusqu’à présent, de revendications de l’enlèvement de nos diplomates à Gao».

Il a également souligné que «la cellule de crise que nous avons mise en place suit en permanence les développements liés à cette affaire, dont le traitement impose, comme vous le savez, beaucoup de discrétion».

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom