Top

Présidentielle 2012 : Pourquoi certains candidats n’ont-ils pas obtenus ces 500 parrainages ?

le 21 avril 2012 à 6:19 

Pour être candidat officiel à la présidentielle française, chacun des dix participants à cette campagne a dû recueillir 500 parrainages provenant des maires. Et si certains aspirant à cette présidentielle tels que Christine Boutin ou encore Dominique de Villepin n’ont pu réunir les 500 signatures nécessaires car passant pour des candidats peu sérieux et avec un trop faible potentiel de votes, d’autres candidats ont eu du mal à convaincre les élus de les parrainer. Cela a notamment été le cas, très médiatisé, de Marine Le Pen, qui, jusqu’au bout à bien failli être privée de candidature par manque de signatures.

Dans son cas, ce n’est pas le sérieux de sa candidature qui était remis en cause mais bien la teneur de son programme conspué par la droite comme la gauche. Les élus issus de ces deux grands mouvements ont ainsi préféré éviter de lui accorder leur signature pour échapper à toute polémique ou à tout malentendu avec leur hiérarchie. Pourtant, il est bien entendu par tous que le parrainage n’équivaut pas à un soutien mais ne représente qu’un geste républicain permettant la représentation aux élections de tous les Français et de toutes les tendances.

Surtout que Marine Le Pen est souvent présente dans les intentions de vote comme le « troisième homme» de cette élection. Pourtant, il semblerait que les élus aient eu raison d’être prudents et inquiets quant aux retombées de leur parrainage. En effet, la direction nationale du Parti socialiste vient d’engager une procédure d’exclusion contre le maire d’un village de Haute-Garonne ayant accordé son parrainage à Marine Le Pen pour la présidentielle. «On peut faire beaucoup de choses au nom de la démocratie, mais je ne vois pas comment garder comme camarade un maire, Jacques Saint-Martin, apportant son parrainage à la candidate du Front national», a déclaré Sébastien Denard, secrétaire de la fédération PS de Haute-Garonne.

Visiblement Marine Le Pen qui avait dénoncé les pressions, démenties, exercées sur les maires de gauche et de droite n’avait pas forcé le trait comme l’en avaient pourtant accusée des politiques du PS comme de l’UMP. Il est ainsi étrange que dans une démocratie qui aime à donner des leçons aux autres peuples un candidat crédité d’aussi importantes intentions de vote puisse être la cible de manœuvres politiques voulant à toutes forces l’empêcher de participer à l’ élection présidentielle et représenter ainsi ses électeurs et partisans. Mais la présidente du Front National a néanmoins réussi à réunir les 500 signatures nécessaires et sera ainsi demain l’une des dix personnalités à qui les Français pourront donner leurs voix pour le premier tour de la présidentielle. À ce stade-là, il ne reste plus qu’à attendre les résultats venant des urnes pour vérifier si la droite et la gauche avaient autant de raisons de craindre le FN.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 3,00 de 5)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom