Top

Clientélisme : Jean-Paul Huchon fait sa politique au guichet

le 24 juin 2014 à 18:17 

huchon« Ce n’est plus la barricade aujourd’hui qui discerne, qui sépare en deux le bon peuple de France, les populations du royaume. C’est un beaucoup plus petit appareil, mais infiniment plus répandu, surtout aujourd’hui, qu’on nomme le guichet ». Cette affirmation du professeur des universités Vincent Dubois se vérifie sous la présidence de Jean-Paul Huchon au Conseil Régional d’Ile-de-France ! D’un côté les amis du pouvoir s’adonnent à la lutte des places et se chamaillent pour les miettes du gâteau, de l’autre le petit peuple de Paris et sa région attend encore de voir partir les trains…

Jean-Paul Huchon se rêve en petit Baron :

L’actualité chargée de ces derniers jours permet de le vérifier : Jean-Paul Huchon est un adepte du clientélisme forcené ! Sur le site de la région, on retrouve ainsi 24 pages listant les aides régionales distribuées par les administrateurs des somptueux bureaux du 7ème arrondissement de Paris. L’élu francilien qui embauche plus de collaborateurs que les Ministres de la République a besoin de toujours plus de personnel pour gérer ses clientèles électorales.

Les pratiques politiques du Baron de Huchon qui se rapprochent des méthodes de l’Ancien Régime ne datent pourtant pas d’hier ; en effet, déjà en 2012 le journal Le Monde faisait sa Une sur « le système Huchon ». Plus récemment encore, c’est son allié Jean-Vincent Placé qui reconnaissait dans le Canard Enchaîné la cooptation généralisée au sein de l’Hôtel de région, « dans 47% des cas, la présence des salariés est en lien avec des élus régionaux ou avec leur passé politique » explique Jean-Pierre Blat.

Féodalité : nourrir sa clientèle pour éviter d’être renversé 

Premier souci du petit chef des Invalides, nourrir ses fidèles ! Ainsi, il ordonne : il faut que « les élus soient en nombre suffisant pour pouvoir siéger dans les différents organismes régionaux et exercer correctement leur mandat » ! Evidemment, il oublie de dire qu’il est à l’origine de la multiplication des structures parapubliques ; Bruitparif, Natureparif, l’Ordif, le Motif, sont autant d’officines inconnues qui concourent à la féodalisation de la capitale. Dans un même temps, celui qui s’est ouvertement déclaré candidat à sa succession dans Libération confesse : « nous n’aurons peut-être plus les moyens de nous déployer sur tous les sujets ».

Mais l’imposture ne s’arrête pas là, pour être sûr de ne mécontenter personne, il arrose à tout va ! Et pas seulement les quelques spécimens verts en voie d’extinction dans sa majorité : tous les serfs sont conviés au grand banquet. Seulement attention, pas question d’accroître le soutien au Secours populaire alors que la précarité explose ni même d’assurer le service minimum dans les transports… Les budgets iront d’abord à la construction d’une yourte (10 000 euros), ou encore au financement d’un herbier de Sao-Paulo (12 000 euros) : priorités obligent !

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom