Top

Mali : La junte a rejeté les décisions et hausse le ton

le 29 avril 2012 à 14:25 

L’ex-chef de la junte militaire qui avait pris le pouvoir le 22 mars au Mali, le capitaine Amadou Haya Sanogo, a rejeté hier samedi les décisions prises par les chefs d’Etat ouest-africains.

Jeudi dernier, les chefs d’état de la Cédéao réunis en sommet extraordinaire à Abidjan avaient annoncé le déploiement immédiat d’une force régionale au Mali. «Toutes les décisions prises à Abidjan ont été prises sans concertation avec nous», a déclaré le capitaine Sanogo à la presse au camp militaire de Kati, près de Bamako, ajoutant : «Je ne suis pas d’accord avec l’arrivée des soldats de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao).»

«Aucun soldat étranger ne foulera le sol du Mali sans une demande du gouvernement malien», a-t-il affirmé. Et ce n’est pas tout. L’ex-chef de la junte a également rejeté la décision de la Cédéao de fixer la période de transition à douze mois, jusqu’à la tenue d’élections présidentielle et législatives. Il a affirmé qu’il prendrait ses «responsabilités» à l’issue du mandat constitutionnel du président malien par intérim Dioncounada Traoré, investi le 12 avril à Bamako.

Pour rappel, la Constitution malienne prévoit qu’en cas de vacance du pouvoir, le président par intérim doit organiser des élections dans un délai de 40 jours maximum après sa prise de fonction. Mais l’accord de sortie de crise conclu le 6 avril entre la junte et la Cédéao reconnaissait que ce délai n’était pas tenable. «La Cédéao a pris de façon unilatérale des décisions qui ne nous engagent pas», a affirmé le capitaine Sanogo. «Le président intérimaire ne fera que 40 jours, a-t-il insisté.

Au-delà, je prendrai mes responsabilités». Selon lui, «la Cédéao a violé l’accord-cadre» signé le 6 avril entre lui et le médiateur ouest-africain, le chef de la diplomatie burkinabè Djibrill Bassolé. Cet accord avait permis d’amorcer un retour à l’ordre constitutionnel avec la démission formelle du président renversé Amadou Toumani Touré (ATT) et l’investiture le 12 avril du chef de l’Assemblée nationale Dioncounda Traoré comme président par intérim.

M. Traoré avait nommé le 17 avril comme Premier ministre l’astrophysicien réputé Cheick Modibo Diarra, qui a annoncé mercredi son gouvernement, composé en grande partie de techniciens mais aussi de militaires, et s’est fixé comme priorité de régler la crise dans le nord du pays. Mais dans la classe politique et les milieux diplomatiques, beaucoup soupçonnent les putschistes de ne pas vouloir se mettre à l’écart. Des pays les ont exhorté à respecter l’accord signé et à redonner la liberté à la radio et la télévision publique maliennes (ORTM) qu’ils contrôlent depuis mars.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

Une réponse à “Mali : La junte a rejeté les décisions et hausse le ton”

  1. diaba 29 avril 2012 15:08

    LE CNRDRE N’A AUCUNE VALEUR JURIDIQUE AUX YEUX DU MALI,DE LA CEDEAO..
    Quels problèmes le CNRDRE a-t-il résolu jusqu’à présent?Rien..

    Le faux capitaine Sanogo aux couilles vides, fuient ses responsabilités militaires en les masquant par des intérêts politiques.
    Mais heureusement pour le Mali il ne maîtrise absolument rien.
    Actuellement il a beau se plaindre cela ne changera rien dans le décision de la CEDEAO.

    Ce Sanogo et le CNRDRE sont des couilles vides, des gueulards et des opportunistes.
    Quels problèmes ont-ils résolu jusqu’à présent? Rien.
    Les seuls éléments déstabilisateurs sont Sanogo et le CNRDRE qu’il faut à tout prix mettre hors d’état de nuire.
    C’est juste une toute petite de l’armée qui suit Sanogo, ceux là même qui ne veulent pas se battre au nord.
    Tout ça n’est qu’un trompe l’œil, la vérité c’est que ce sont des lâches et des couilles vides.
    Pour quelle raison ce sont-ils engagés dans l’armée?

    Laissons la CEDEAO en paix qui est dans son rôle.
    Le Mali fait partie de la CEDEAO est donc soumis à tous les accords relatifs au maintien de l’ordre institutionnel et sécuritaire en quand de conflit.

    Réfléchissez un peu.
    En voyant tous ces dirigeants de la CEDEAO qui nous sont dévoués et qu’ils veulent nous aider à résoudre notre crise, je pense qu’il faut plutôt. Ne voyez-vous pas donc un prélude à une future union des états unis d’Afrique. Arrêtons de critiquer la CEDEAO s’il vous plaît. J’approuve la décision de la CEDEAO. C’est ATT et ses bandes de cancres qui ont faillit à leur mission.

    L’heure n’est pas aux plaintes et aux disputes débiles qui ne font que nous retarder davantage. ATT a dirigé pendant dix ans le Mali avec des cancres, où étaient tous ces politiciens gueulards?

    Je fais confiance à notre gouvernement constitué de cadres et responsables valeureux.

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom