Top

Vivendi : vers une stratégie numérique

le 10 janvier 2013 à 11:35 

vivendiExit les télécoms, plein feu sur les contenus numériques. Telle semble se dessiner entre les lignes la stratégie de Vivendi, explicitée le mois dernier par Jean-François Dubos. Dans un entretien donné aux Echos, le président du directoire de Vivendi a dévoilé les ambitions du groupe : devenir le numéro un mondial des contenus autour des pôles musique (Universal Music), audiovisuel (Canal Plus) et jeux vidéos (Activision Blizzard).

Si Jean-François Dubos est resté sibyllin sur les dossiers SFR, GVT et Maroc Télécom (les trois filiales télécoms du groupe), il est évident que l’avenir de Vivendi se jouera plutôt du côté des biens culturels numériques.

En attendant la prochaine assemblée générale du groupe, qui doit se tenir en avril 2013, le patron de Vivendi a redéfini ses priorités stratégiques : « notre première certitude, c’est que nous avons tous les atouts pour nous affirmer comme un leader européen, voire mondial, dans les contenus et les médias. Dans ce domaine des contenus, il y a un vrai marché en croissance ».

Les clients de ce marché en croissance ? « Les grandes plateformes numériques ». Jean-François Dubos ne les cite pas mais des noms viennent immédiatement à l’esprit : Youtube, Dailymotion, Netflix, iTunes, Deezer, Spotifiy, Amazon, Facebook… Des plateformes de partage vidéo et audio – ou d’achat de contenus – qui bénéficient de fortes audiences mais qui ne sont pas en mesure de produire des contenus inédits pour s’auto-alimenter.

D’autant que plusieurs de ces services mettent progressivement en place des services payants : c’est le cas de Dailymotion qui prépare son offre de vidéo-à-la-demande et discute avec plusieurs majors pour enrichir cette offre début 2013.

Un leader européen dans le numérique ?

Vivendi ambitionnerait donc de devenir un des acteurs mondiaux de la création et de la distribution de contenus sur Internet. Il s’agirait du premier groupe européen d’envergure comparable avec les géants américains que sont Google, Apple ou Amazon. Une chance de dynamiser le secteur numérique européen ?

En juin dernier, Neelie Kroes, commissaire européenne au numérique, avait déploré le retard de l’Europe : « en investissant si peu, nous nous tirons une balle dans le pied et l’Europe risque de se faire écraser par la concurrence mondiale si elle s’endort sur ses lauriers ».

Faut-il y voir un signe : l’annonce de Vivendi arrive au moment où la Commission européenne vient d’adopter sept nouvelles priorités pour l’économie numérique en 2013. Bruxelles a pour objectif de renforcer le rôle de l’Union européenne dans le secteur numérique et d’achever le « marché unique numérique » d’ici à 2015. Le numérique est bien LA question du moment.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 de 5)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom