Top

La culture à l’heure de la mondialisation

le 24 septembre 2013 à 8:42 

cnucedLa Conférence des Nations Unies sur le Commerce Et le Développement (CNUCED) a rédigé en 2008, un rapport sur l’économie créative, qui tente d’analyser les mutations contemporaines de l’industrie culturelle. Il évoque notamment « la convergence entre créativité, culture, économie et technologie, qui se traduit par la capacité de créer et de faire circuler un capital intellectuel », avant d’affirmer que l’économie créative représente désormais un « élément déterminant de la croissance économique, de l’emploi, du commerce, de l’innovation et de la cohésion sociale dans la plupart des pays développés ». Face à ces évolutions, désormais connues, les acteurs de la culture doivent s’adapter…

 La culture en pleine mutation

Les entreprises créatives ont adopté de nouvelle stratégie, se traduisant notamment par des alliances pour la recherche et développement dans le but d’accompagner la numérisation de leur activité. Pour le professeur Aziz Mouline de l’Université Rennes 1,  afin de faire face à « la modification de la structure de marché », les industriels opèrent des rapprochements  en fonction de « la complémentarité des actifs ».  Avec cette tendance, qui a débuté outre-Atlantique, on assiste à un renforcement de l’intensité capitalistique des acteurs, qui a pour directe conséquence une concentration du marché sous l’effet de la concurrence.

En compétition avec les nouveaux mastodontes de la culture, les entreprises créatives européennes souffrent principalement de la faiblesse des débouchés liée à l’atomisation du marché. Autrement dit, du fait de la pluralité culturelle au sein des différentes entités de l’Union il est difficile pour une entreprise d’atteindre une « taille critique » et d’amortir les investissements réalisés.

Les atouts de la France, un rayonnement planétaire

Malgré ces difficultés,  l’Europe et la France en particulier dispose d’atouts évidents, au premier rang desquels, sa proximité culturelle et historique avec le continent africain. En effet, le directeur de l’Institut National des Etudes Démographiques (INED), Gilles Pison, souligne que « l’Afrique est le continent dont la population s’accroît le plus vite. Afrique du Nord comprise, sa population pourrait quadrupler, passant de 1 milliard actuellement à 4,2 milliards en 2100, d’après le scénario moyen des Nations-Unies ».

Avec ces chiffres à l’esprit, on comprend mieux l’intérêt stratégique de développer la francophonie à travers. Pourtant, le sommet pour la Francophonie du 13 octobre 2012 à Kinshasa était loin de l’esprit imaginé par les fondateurs de l’Agence de Coopération Culturelle et Technique (ACCT), lors du traité de Niamey en 1970. Pourtant, les industries créatives et les filières du numérique pourraient bénéficier de cet espace, qui fait aujourd’hui office de nouveau moteur de la croissance mondiale, afin de réaffirmer l’excellence de leurs savoir-faire.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom