Top

La discipline positive : solution aux problèmes d’éducation ?

le 27 avril 2013 à 9:30 

téléchargementC’est la guerre à la maison ? Vos enfants vous rendent folle et vous doutez d’être de bons parents ? C’est peut-être le moment d’essayer la discipline positive, une méthode éducative made in USA. Cette apparente contradiction est en fait une méthode d’éducation développée par une psy également mère de sept enfants. 

Jane Nelsen est l’auteur du best-seller « La Discipline positive, en famille et à l’école, comment éduquer avec fermeté et bienveillance » dont le sujet d’étude, la discipline positive, se teste à travers des ateliers proposés par Béatrice Sabaté, défenseuse française de cette méthode éducative.

Force est de constater, en effet, qu’aujourd’hui un enfant essaie très souvent de négocier avec ses parents, plutôt que d’accepter d’emblée ce qui lui est demandé.

« Impliquer et encourager les enfants pour les aider à grandir », sont les principaux conseils éducatifs que donne la psy dans son ouvrage. Elle préconise une pédagogie par l’encouragement. L’expérience et le « ressenti » caractérisent la discipline positive.

Alors que la période actuelle est plus tournée vers un retour à l’autorité et à la rigidité face à des enfants de plus en plus turbulents, paradoxalement la méthode éducative de la psy américaine séduit puisqu’elle aurait d’ores et déjà convaincue deux millions de lecteurs rien qu’aux États-Unis.

La France n’est pas en reste. Béatrice Sabaté, psychologue clinicienne, développe cette approche éducative en France depuis septembre 2011. Ses stages sont victimes de leur succès.

Madame Sabaté rend compte d’un fait actuel : « les jeunes acceptent de moins en moins la soumission. » Mais les parents souhaitent se faire respecter aussi ils recherchent des répères éducatifs basés « davantage sur un modèle coopératif ». « Les sociétés sont en train de sortir du modèle de soumission, pour s’orienter vers une approche plus horizontale de l’autorité, axée vers la compréhension », explique t-elle.

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

Voici comment s’amorcent ses stages : les participants – des parents en couple ou non, commencent par exposer leur cas. Béatrice Sabaté explique « nous cherchons ici à évoluer entre la fermeté et la bienveillance. Entre le cadre, et la compréhension. Les deux coexistent, comme la respiration et l’expiration. »

Le 1er impératif de la discipline positive c’est la « connexion » : avant d’adopter la position d’éducateur (fermeté), il faut « connecter » avec l’enfant, comprendre ses émotions (bienveillance). Gardez en tête que derrière tout comportement inapproprié de l’enfant tel que la colère, s’exprime un besoin et/ou une fausse croyance comme dans « vous ne m’aimez pas «  ou « je suis nul ». Une fois la « connexion » établie, on peut trouver avec l’enfant une solution au problème.

Mais pour « coopérer » avec leurs parents il faut aux enfants un sentiment d’appartenance à leur milieu. D’après la discipline postivie, ce besoin d’appartenance se traduit au quotidien notamment à travers les tâches ménagères. Toute contribution permet d’exister au sein de la famille donc de coopérer encore mieux, et, croyez-le ou pas, cela s’applique aussi aux tâches ménagères ! Incitons nos enfants à participer aux tâches de la maison, nous verrons bien si cela fonctionne… Vous les mères de famille, ne soyez pas, d’entrée de jeu, dubitatives à ce propos : testez !

Du reste, il faut principalement EN-COU-RA-GER les enfants. « D’où vient cette idée saugrenue selon laquelle un enfant fait mieux si on lui dit qu’il ne fait pas bien ? » interroge Béatrice Sabaté. C’est bien souvent ce que font les familles françaises alors que les américains, eux, ne tarissent pas d’éloge sur leurs enfants, au contraire. Comprenez qu’à encourager l’enfant, le parent obtient davantage de lui qu’en le rabaissant ou en ne mettant pas en avant ses qualités ou encore ses bons résultats.

Trouver le juste milieu entre le mode « permissif » et « punitif », entre fermeté et bienveillance, entre soumission pure et dure et laxisme exacerbé, dans l’éducation que les parents donnent à leurs enfants dans le but de servir aux deux, avouez que ce serait un grand pas vers de meilleures relations parents-enfants.

Une chose est sûre, Nathalie, une des participantes aux ateliers de Béatrice Sabaté, est convaincue des bienfaits de cette méthode éducative : « C’est un bagage indispensable pour éduquer ses enfants. On devrait former toutes les femmes enceintes à la discipline positive ! »

Enfin, sachez que « L’apprentissage, dans la méthode adlérienne, vient de l’expérimentation. Vous n’avez qu’à essayer pour comprendre. » Si avec ça, on ne vous a pas ne serait-ce que convaincu de tenter l’expérience…

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 de 5)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom