Top

Le féminisme muselé en Russie

le 29 juin 2012 à 9:01 

Qui a dit que l’art contemporain ne servait à rien ? Le Palais de Tokyo à  Paris présente jusqu’au 20 juillet une exposition alerte sur le sort de trois jeunes femmes du groupe punk-rock russe Pussy Riot, détenues depuis mars pour avoir chanté une chanson anti-Poutine dans la cathédrale de Moscou.

A l’origine de la polémique, une performance d’une minute d’un groupe de militantes féministes punks, les Pussy Riots, sur l’estrade de l’autel de la cathédrale du Christ-Saint-Sauveur à Moscou. Les jeunes femmes, aux robes bigarrées et aux cagoules colorées, ont interprété une version très personnelle du TE DEUM à la sauce féministe, invitant la vierge Marie à rejoindre leur groupe et à chasser Poutine du pays.

Quinze jours après cet épisode, qui s’est seulement terminé par l’évacuation des jeunes blasphématrices, Vladimir Poutine  remportait l’élection présidentielle. Malheureuses de leur succès sur You Tube, les Pussy Riots ont attiré l’attention des autorités russes qui se sont lancé dans une chasse aux féministes se concluant par l’arrestation de trois jeunes femmes suspectées, Nadejda Tolokonnikova, Maria Alekhina et Ekaterina Samoutsevitch.

Ainsi la détention de ces jeunes filles a provoqué de nombreuses manifestations à Moscou, notamment une centaine de célébrités de l’élite culturelle russe qui appellent à libération des trois détenues. Ces dernières risquent jusqu’à sept ans de prison pour « vandalisme en bande organisée ». La prochaine audience préliminaire se tiendra le 24 juillet.

C’est de cette histoire que le Palais de Tokyo se fait l’écho grâce à une exposition montée dans l’urgence en trois semaines avec la collaboration du commissaire russe indépendant  Andreï Erofeev. Les spectateurs peuvent ainsi voir la performance à l’origine cette affaire, un reportage photo et un ensemble d’œuvres réalisées par des artistes russes en réaction à ces quatre mois de détention.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom