Top

Nouvelle mesure de lutte contre l’immigration clandestine en Arizona

le 27 juin 2012 à 10:25 

La Cour Suprême a invalidé en grande partie une proposition de loi de l’Arizona contre l’immigration clandestine, l’une des plus radicales jamais votée aux Etats-Unis. Néanmoins, elle autorise cet Etat à effectuer des contrôles d’identité au faciès.

La plus haute juridiction du pays vient de censurer trois dispositions de la loi contre l’immigration en Arizona : l’obligation pour tout immigré de pouvoir présenter des papiers à tout moment; l’interdiction de travailler ou de rechercher un emploi en l’absence de papiers; et l’arrestation sans mandat de tout individu soupçonné d’être clandestin. La Cour Suprême a jugé ces mesures contraires à la Constitution.

La quatrième disposition a été toutefois acceptée et autorise le contrôle aléatoire d’identité même sans motif. La Cour Suprême a affirmé comprendre « les frustrations de l’Arizona concernant les problèmes causés par l’immigration clandestine » et a voté à l’unanimité cette quatrième disposition jugeant qu’il serait « injustifié » de rejeter cette mesure « sans preuve » qu’elle « contredise la loi fédérale sur l’immigration et ses objectifs ».

Une décision que l’administration Obama regrette tout en saluant le rejet des dispositions clés de la loi. Le Président des Etats-Unis précise alors qu’il reste « inquiet des conséquences pratiques de la disposition de cette loi qui perdure » en affirmant qu’  « aucun Américain ne devrait vivre ainsi suspecté juste à cause de son apparence ».

La Cour Suprême avait justement rappelé combien l’immigration avait joué une part importante dans l’histoire des Etats-Unis et en avait façonné la destinée : « L’histoire des Etats-Unis est en partie constituée de ces histoires, talents et contributions durables de ceux qui ont traversé les océans et les déserts pour venir ici ». Le thème de l’immigration reste un sujet polémique entre les candidats à la présidence des Etats-Unis, comme le prouve Mitt Romney, commentant la décision de la Cour Suprême : « Chaque Etat a le devoir — et le droit — de sécuriser nos frontières et de préserver l’état de droit, particulièrement quand le gouvernement fédéral n’a pas honoré ses responsabilités ».

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom