Top

Solex : un produit Français a nouveau fabriqué en France

le 13 janvier 2017 à 14:20 

Nous allons peut-être assister au retour du légendaire « Solex  » dans les rues françaises. Ce n’est pas la première fois que ce retour est annoncé, mais cette fois, la nouvelle version électrique du mythique vélo à moteur est fabriquée en France depuis jeudi, avec des pièces détachées pour la plupart importées.

 Pour être plus précis, ce nouveau solex sera fabriqué à Saint-Lô, et c’est la marque Easybike qui a décidé de produire un vélo à assistance électriques (VAE) Solex. Ce n’est pas une nouveauté pour Easybike, qui commercialise déjà ce type de produit sous l’enseigne Easybike et Matra.
 Cette nouvelle tentative de relance du solex n’est pas la première, en fait, c’est la troisième fois depuis 1995 qu’une société tente de relancer la légendaire marque Solex. La précédente tentative date de 2009 et la production était en Chine. Le groupe Cible, à l’origine de cette relance, avait vendu 3 000 Solex.
Easybike a décidé de tout miser sur le sentiment national et « le made in France ». Il s’agit de mettre en avant toute une logique que l’on pourrait qualifier de cocardière. Solex fait partie du patrimoine français donc si on relance cette marque, cela ne peut se faire qu’avec la possibilité d’affirmer que sa fabrication est française et de le faire savoir. En jouant la carte de la fibre patriotique et en misant sur le fait que « le made in France » est un gage de qualité pour les consommateurs, Easybike estime surement que cela amènera les clients à acheter un vélo finalement vendu 100 euros de plus que la version chinoise (entre 1 800 et 3 000 euros selon la gamme). La marque veut amener ses clients vers un produit, résolument moderne, écolo, le VAE, en profitant du capital, sympathie et d’une marque rassurante « bien de chez nous » et qui le reste.
Il est à noter que d’autres acteurs sont intervenus dans cette nouvelle aventure Solex, puisque pour cette usine, Easybike a bénéficié d’un prêt de 3,9 millions euros des collectivités locales, soit le coût de l’usine, remboursable sur 20 ans.
L’histoire de Solex continue pour venir s’ajouter aux 7 à 8 millions de Solex qui ont été vendus depuis sa première commercialisation en 1946, jusqu’à l’arrêt de la production par Motobécane en 1988.

Crédit photo : Brian Solex

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom