Top

Le charbon : l’appétit des pays émergents

le 13 juin 2012 à 9:00 

Si le charbon a quasiment disparu du paysage énergétique français, cette ressource peu chère et abondante n’en est pas moins promise à un bel avenir dans les pays émergents. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) s’attend d’ailleurs à une hausse de 18% de la demande mondiale en charbon d’ici à 2016, après un bond de 70% sur la période 2000-2010.

La croissance de la demande en charbon sera due essentiellement à l’Asie, alors que son utilisation stagne ou recule dans les pays occidentaux, en raison de l’activité économique léthargique en Europe de l’Ouest, et aussi de l’essor du gaz de schiste qui a fortement diminué son attractivité aux Etats-Unis.

Bien que l’utilisation du charbon soit contestée du fait de l’importance de ses émissions de CO2, cette ressource abondante et peu onéreuse est beaucoup mieux réparties que les autres énergies fossiles (la Chine et l’Inde disposent d’énormes réserves). Résultat, à l’échelle de la planète, le charbon génère plus de 40% de la production d’électricité (contre environ 4% en France) et pèse pour la moitié du marché des nouvelles centrales électriques, loin devant le gaz ou les énergies alternatives.

Conscient du potentiel qu’offre le charbon, certains grands groupes en font une cible pour de leur développement. Alstom revendique ainsi plus de 10% de ce gigantesque marché de 40 milliards d’euros par an. « Le charbon n’est pas sexy, mais la réalité, c’est que c’est un énorme marché », résume Andreas Lusch, responsable des activités liées au charbon au sein de la division énergie d’Alstom.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom