Top

L’Église catholique suit de près les nouvelles réformes fiscales

le 13 décembre 2017 à 7:40 

Quand les plus hautes autorités de l’Église de France sont reçues par le Premier ministre, et le ministre de l’Intérieur pour discuter, et essayer de régler tout ce qui doit l’être entre l’Église catholique et la République, les sujets ne sont pas spirituels. Il s’agit pour cette « instance de dialogue », qui fut créée par Lionel Jospin, d’évoquer des sujets particulièrement matériels assurant le bon fonctionnement de l’église.

Cette année, Édouard Philippe, et plusieurs ministres concernés par les affaires religieuses, notamment Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur chargé des cultes, devront plus spécifiquement attaquer trois sujets qui inquiètent particulièrement l’Église catholique. En premier lieu, il va être évoqué la réforme de l’imposition et ses conséquences. L’Église catholique, craint que le prélèvement à la source de l’impôt, et la réforme sur l’ISF (impôt de solidarité sur la fortune) qui sera remplacé par l’IFI (impôt sur la fortune immobilière) aient de sérieuses conséquences financières en réduisant les affectations de dons. Or, en France, l’Église ne vit que des dons des fidèles.

Les deux autres sujets portent sur la « loi Sapin II » qui envisageait d’enregistrer les religions sur le registre des « lobbys » en France. Cela paraît totalement inadmissible pour l’Église catholique.

Enfin, il sera question du fameux Diplôme Universitaire (DU) en laïcité, qui est appelé à devenir obligatoire à tous les aumôniers exerçant dans des instances publiques (armées, prisons, hôpitaux). L’Église catholique, n’est pas contre le fait que certains de ces aumôniers puissent recevoir ou valider par équivalence cette formation et ce label de la laïcité. Cependant, elle fait remarquer qu’à la base cette mesure a été prise en direction des aumôniers musulmans. Les autres religions, dont bien sûr le catholicisme n’ont pas donné de raisons, ni de doutes à ce sujet, donc pourquoi les englober dans cette mesure à caractère obligatoire.

Comme on peut donc le vérifier, l’église entend bien se faire entendre, et la France, en bonne fille ainée va l’écouter. Les pourparlers en amont sont positifs, et il semblerait que sur ces trois dossiers litigieux, le gouvernement ait l’intention de trouver des solutions.

Crédit photo : Sebastien BORDA

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

 

 

 

 

 

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom