Top

Algérie : Le groupe Renault peut éternuer sans risques

le 18 février 2012 à 7:24 

A force d’aller faire travailler d’autres ouvriers, ailleurs qu’en France, Renault peut éternuer tant qu’elle voudra, la France ne s’enrhumera plus comme du temps des flambées ouvrières. C’était cela l’objectif de départ et on l’a tout de suite remarqué.

Depuis un certain temps, sur ce plan, il y a un calme plat. A ce titre, les questions telles que «qu’est allé chercher la régie Renault au Maroc et que viendrait-elle faire en Algérie ?» seraient, en apparence, assez naïves si elles étaient posées. Pourtant, cela serait bien qu’elles soient posées, parce que ces questions ne sont jamais posées ou le sont rarement. A tout va, il y a en prime une rivalité contenue entre les deux pays. Le Maroc a coiffé l’Algérie sur le poteau, il a son usine.

L’Algérie en est encore à négocier la chose, même si le ministre de l’Industrie nous dit : «Nous sommes déjà à la phase de la signature d‘un protocole d’accord avec Renault. C’est pour vous dire que nous sommes très près de la concrétisation du projet». La presse s’impatiente, cela on le sait. En ce qui concerne l’opinion publique, on ne sait pas grand-chose de ce qu’elle en pense. On peut juste deviner ce qu’elle veut, comme toutes les opinions publiques du monde : des emplois.

Maintenant, en cherchant ce que Renault a trouvé au Maroc on peut savoir ce qu’elle veut en Algérie. On commence par écouter le député-maire UMP de Nice qui estime «normal qu’une entreprise automobile, qui souhaite conquérir des nouveaux marchés, construise des usines dans des pays émergents»et qu’«en revanche, il est dangereux et insoutenable pour notre pays que Renault, dont l’État est le premier actionnaire, réalise du dumping social au Maroc (smic à 240 euros net par mois) pour produire des voitures destinées à l’Europe et à la France».

Lors d’une interview sur France 24, le P-DG de Renault, Carlos Ghosn, a déclaré ceci :»Si on veut créer plus d’emplois et accélérer la création d’emplois en France, il faut qu’on réduise les charges qui pèsent sur le travail en France. Derrière, comment on le récupère, par l’impôt, par la TVA, ça c’est un débat politique».

Et comme les salaires, à Tanger, sont deux fois inférieurs à ceux de Dacia en Roumanie, le compte est vite fait. Pour justifier la délocalisation, Carlos Ghosn affirme que l’usine de Tanger va donner du travail aux usines françaises de moteurs et d’équipements.

Les persifleurs ont ajouté : «Jusqu’à ce que ces productions mettent aussi le cap au sud». Nous, ce que nous devons relever c’est que c’est juste la tôlerie qui vient chez nous. La technologie compliquée, celle qui fait la voiture on la garde pour soi. Encore heureux qu’on vienne faire de la carrosserie, il ne faut pas demander l’acquisition de toute la chaîne industrielle.

En termes plus soft on parle de taux d’intégration qui, on ne le dit pas toujours, s’il n’est pas à 100% ne servira presque à rien dans le transfert. Ceci dit, il y a toujours quelque chose à prendre autour. Une place dans la commercialisation par exemple ou un minimum de culture en matière de management.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 4,50 de 5)
Loading...

5 Réponses à “Algérie : Le groupe Renault peut éternuer sans risques”

  1. Mas 20 février 2012 10:00

    A la lecture de cet article on peut se demander qu’elle en est la finalité. Il ne démontre rien , n’explique rien …
    Noircir des pages pour noircir des pages, tel a été le soucis du journaliste

  2. Richard Genis 19 février 2012 01:51

    C’est un un peu décevant que dans des sujets aussi sérieux que l’industrie on lit des réactions plutôt nationalistes qui n’avancerontt pas le débat sur le sujet cité en haut.
    D’abord, il ne faut pas dire n’importe quoi sur les smig . Le smig marocain est de 2230DH/mois depuis juillet 2011, et le smig algérien est de 18000 DA/mois depuis le 2 janvier 2012, donc tous les deux se situent à peu près autours des 200 euro, et si différence y a, est négligeable. Ceci dit, Renault n’a pas choisi le Maroc à cause du smig, mais plutôt pour les nombreuses facilités dont elle a bénéficié. Les hauts responsables de Renault, eux même, reconnaissent que le défi d’une telle usine n’est pas facile. Le Maroc, n’a pas de culture industrielle automobile, et n’offre pas suffisamment de cadres professionnels et de main d’œuvre qualifiée, ni un grand marché. Donc tout est à faire, à créer, à former…etc. La question la plus pertinente est le marché pour écouler la production de cette usine. le marché marocain est trop petit. le marché algérien est plus important mais les frontières sont fermées. La puissance financière de l’Afrique du nord se trouve bien en algérie, et si demain le maghreb continue de patiner comme il l’est maintenant, renault risque d’avoir quelques inquiétudes, et c’est bien cette vérité que je dis en toute objectivité, tout en souhaitant bonne chance à Renault.

  3. Bouzid 18 février 2012 20:36

    Le smic au Maroc est beaucoup plus élevé qu’en Algérie !
    Le prix du gaz au Maroc est beaucoup plus élevé qu’en Algérie !
    Le prix du lait au Maroc est beaucoup plus élevé qu’en Algérie !
    Le prix du pain au Maroc est beaucoup plus élevé qu’en Algérie !
    etc

    En gros je préfère vivre avec 50 € en Algérie qu’avec 300 € au Maroc parce que les prix pratiqués dans ce pays sont presque équivalent à ceux pratiqués en France, je dis cela pour y être allé. L’état algérien régule les prix et les subventionne. l’Algérie n’a pas besoin de tourisme ni de Renault ni de jouer aux lèche-c*l pour vivre.

  4. Algérien 18 février 2012 20:34

    Le smic au Maroc est beaucoup plus élevé qu’en Algérie !
    Le prix du gaz au Maroc est beaucoup plus élevé qu’en Algérie !
    Le prix du lait au Maroc est beaucoup plus élevé qu’en Algérie !
    Le prix du pain au Maroc est beaucoup plus élevé qu’en Algérie !
    etc

    En gros je préfère vivre avec 50 € en Algérie qu’avec 300 € au Maroc parce que les prix pratiqués dans ce pays sont presque équivalent à ceux pratiqués en France, je dis cela pour y être allé. L’état algérien régule les prix et les subventionne. l’Algérie n’a pas besoin de tourisme ni de Renault ni de jouer aux lèche-cul pour vivre.

  5. Sarah 18 février 2012 16:27

    Désolée pour vous … faut surtout pas vous choper un arrêt cardiaque avec Renault !! Le smig au Maroc est beaucoup plus élevé qu’en Algérie .. cherchez-vous autre chose à publier pour attaquer les marocains .. Encore une fois, faudrait bien que vous l’admettiez, Renault a choisi Tanger au MAROC … point/barre

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom