Top

Vincent Bolloré : nouveau souffle pour Vivendi

le 21 juillet 2014 à 14:35 

Vincent_BolloreFraîchement nommé à la tête de Vivendi, l’homme d’affaires breton Vincent Bolloré souhaite imprimer sa marque et dynamiser le conglomérat français rapidement.

Depuis sa nomination en tant que président du conseil de surveillance de Vivendi le 24 juin, Vincent Bolloré ne perd pas un instant. « Il est tous les jours au siège et ne consacre plus qu’une demi-journée par semaine, le lundi matin, à ses propres affaires » explique un proche.

L’homme d’affaires breton a réuni l’ensemble des état-majors du groupe dès le lendemain de sa nomination. « Tout le monde était là, même les Américains d’Universal Music et les Brésiliens de GVT, se rappelle l’un des participants. Il a eu un discours très mobilisateur, on sentait qu’il voulait montrer qu’il y avait maintenant un pilote aux commandes. » Vincent Bolloré leur a expliqué son plan pour relancer Vivendi: la poursuite du recentrage vers les contenus, la recherche de synergies entre les différentes entités, et le cap vers l’Afrique et l’Asie.

Le tycoon souhaite montrer à ses troupes qu’il s’implique pleinement avant de progressivement déléguer la gestion du quotidien. Le 26 juin, il a adressé un e-mail interne à tous les salariés de Vivendi où il explique que diriger un groupe de médias, « cela nécessite beaucoup d’attention et de temps. J’ai l’un et l’autre ! ». Bolloré demande en échange aux employés d’améliorer la communication interne pour résoudre les problèmes plus rapidement. « Les problèmes se règlent au plus vite dès lors qu’on les partage plus tôt, explique-t-il. Nous aurons le souci quotidien de gérer notre groupe avec efficacité et à moindre coût. »

Ainsi, Vincent Bolloré souhaite conduire lui-même les comités de gestion qui se tiennent chaque mois avec les responsables des principales activités de Vivendi afin d’être directement tenu au courant des affaires du quotidien. Cette implication répond à une demande interne. Il est donc important d’envoyer un signal fort aux employés.

Pour faire émerger des synergies, le nouveau président du conseil de surveillance organise systématiquement des réunions avec des salariés des différentes filiales. « Nous ne faisons plus seulement de réunions verticales, où chaque division vit indépendamment des autres », témoigne Stéphane Roussel, l’un des trois membres du directoire de Vivendi. « Il pose beaucoup de questions. On sent qu’il veut démonter le moteur pour comprendre comment il fonctionne. Mais il ne fait pas un one-man-show, il associe toute une équipe à ses réflexions. ».

En effet, l’élaboration de la stratégie du groupe se fait de façon collégiale afin que tout le monde oeuvre dans le même sens. Les trois membres du directoire, Lucian Grainge, le patron d’Universal Music, Amos Genish, celui de GVT, Bertrand Meheut de Canal+, Frédéric Crépin, le secrétaire général du groupe, Simon Gillham, son directeur de la communication, sont systématiquement invités à penser le Vivendi de demain.

L’opération séduction semble pour l’instant fonctionner, à en juger par le soutien interne à la nouvelle stratégie du conglomérat français. Le lancement d’A+, une nouvelle chaîne à destination de l’Afrique, suscite en effet un très grand intérêt.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom