Top

L’Hôtellerie de luxe confirme son statut de première de la classe

le 27 février 2014 à 16:19 

L'investisseur Stéphne Courbit mise sur l'hôtellerie

L’investisseur Stéphane Courbit mise sur l’hôtellerie

Si le marché hôtelier français continue de faire grise mine en 2013, la catégorie hôtellerie de luxe triomphe une fois de plus avec insolence et demeure toujours aussi attrayante aux yeux des investisseurs, français comme étrangers. L’année 2014 s’annonce elle aussi des plus radieuses, selon les prospectives de deux études spécialisées sur le secteur. Les dernières ambitions immobilières de l’homme d’affaires Stéphane Courbit ou de Jérôme Tourbier en attestent en ce début d’année. 

Des études encourageantes

Le secteur de l’hôtellerie de luxe est toujours aussi florissant en France. Exception prospère du paysage hôtelier français, elle a connu une hausse de près de 5 % de son chiffre d’affaires hébergement selon l’étude annuelle « Tendances de l’hôtellerie » réalisée par Deloitte et InExtenso THR. Une santé de fer que lui envie le reste du secteur puisque depuis deux ans l’occupation des hôtels est en baisse, victime d’une lente érosion.

Les perspectives pour 2014 sont tout aussi réjouissantes. La clientèle venue de Chine et du Moyen-Orient devrait continuer d’affluer et les revenus du secteur croître de 4 % à 6 % selon Olivier Petit, directeur associé du cabinet InExtenso-Deloitte.

En parallèle, une autre étude sectorielle annuelle du groupe de services à l’immobilier Jones Lang LaSalle, a montré que le volume total d’investissements dans la zone Europe-Moyen Orient-Afrique a crû de 17 % par rapport à 2012, pour un montant qui s’élève à 13,2 milliards de dollars. La France a capté une bonne part de ces investissements (21 %), après le Royaume-Uni (37 %). Contrairement à ce que l’on imagine, les investisseurs français (38 %) devancent les acheteurs du Moyen-Orient (31 %).

De Stéphane Courbit à Jérôme Tourbier : les premiers investissements de l’année 2014

Le secteur hôtelier français, l’hôtellerie de luxe en particulier, n’est donc pas en reste en termes d’attractivité. Stéphane Courbit, déjà propriétaire du palace Les Airelles et du restaurant d’altitude Le Chalet de Pierres à Courchevel et de l’hôtel Pan Deï Palais à Saint-Tropez, l’a clairement identifié comme une manne économique incontournable. Afin de développer son portefeuille, il a également acheté le Mélézin, l’un des plus anciens hôtels de luxe de Courchevel et celui de la Bastide de Gordes, le célèbre 5 étoiles du Luberon.

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

« Notre idée est de créer une petite chaîne d’une dizaine d’hôtels de luxe situés dans des lieux touristiques fréquentés par une clientèle internationale », a fait savoir l’homme d’affaires. Lieux fréquentés, clientèle internationale, hôtellerie de luxe : tous les ingrédients de la réussite sont au rendez-vous. « Pour cela, toutes les options sont possibles, notamment d’ouvrir le capital de ce nouveau pôle d’activité à des investisseurs », a ajouté l’homme d’affaires. Les deux études dernièrement parues confirment la pertinence des ambitions qu’il nourrit pour ses activités hôtelières.

Il n’est pas le seul à miser sur l’hôtellerie de luxe en cette année 2014. C’est dans les hauteurs de Mutigny, dans le périmètre du vignoble historique de l’UNESCO, que Jérôme Tourbier, président fondateur des Sources de Caudalie, a choisi d’implanter un deuxième hôtel classé 5 étoiles, après celui de Château-Laffite. Les éléments de l’équation sont les mêmes : on voulait créer à l’international une destination touristique « champagne », en se servant de la notoriété mondiale « du » et de « la » Champagne » a déclaré Bernard Beaulieu, Maire de Mutigny.

Des hôtels à Dijon ou quand la province se mesure à Paris

Récemment, c’est aussi la ville de Dijon qui s’est distinguée par le nombre de projets d’hôtel qui fleurissent en son sein. La cause ? Le développement touristique de la ville stimulé par des projets d’envergure nationale tels que la Cité internationale de la gastronomie et le projet de classement des climats de Bourgogne à l’UNESCO.

« Pourquoi y a-t-il actuellement de nombreux projets d’hôtels ? Parce qu’il y a du potentiel à Dijon ! Les investisseurs misent sur le développement touristique de la ville… », explique Didier Martin, Adjoint au maire, délégué au tourisme, aux relations extérieures et aux congrès.

Ces projets laissent également espérer que Paris ne sera plus le seul territoire à tirer son épingle du jeu et que la province tirera elle aussi profit des revenus d’un secteur aussi porteur.

Robin

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom