Top

Tetris ou l’obsession du rangement

le 13 novembre 2012 à 11:55 

Tom Stafford, professeur de psychologie cognitive, explique que l’attrait que l’on porte à des jeux comme Tetris réside dans l’appel psychologique de la mise en ordre et du rangement.

Le célèbre jeu Tetris existe depuis 1986 et connaît des millions d’utilisateurs. Pendant des heures durant, on s’amuse emboîter aux mieux des pièces qui tombent les unes après les autres. L’écrivain Jeffrey Goldsmith expliquait être complètement accro à ce jeu, évoquant son haut potentiel addictif.

Le professeur de psychologie cognitive, Tom Stafford, explique dans un article de la BBC cette obsession humaine du rangement, à la base du succès de ces types de jeux. Le principe est simple : le joueur range, alors que le logiciel vient semer la pagaille.

Selon les psychologues, l’attrait de Tetris réside également dans ce que l’on appelle « l’effet Zeigarnik », qui stipule que les tâches inachevées restent mieux dans notre mémoire que si elles étaient achevées. En d’autres termes, Tetris nous rend aussi accro par la création constante de tâches à accomplir. C’est jouer à un puzzle sans cesse renouvelé, à la fois inachevé et inachevable.

Tetris crée sans cesse un nouvel objectif à accomplir : ranger. Il y a la création d’une frustration (il faut ranger) et le plaisir de la tâche accompli (on a rangé). Puis on recommence…

Notons que dans le milieu de l’intelligence artificielle, le jeu est aussi devenu une référence pour pointer du doigt certains phénomènes. On parle « d’effet Tetris » pour désigner le fait qu’une perception hâtive occasionnellement fausse peut s’avérer plus efficace qu’une analyse optimale qui vient trop tard.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom