Top

Le nucléaire : dernière alternative au réchauffement climatique ?

le 18 mai 2014 à 15:01 

nucleaire avisLes climatologues et les experts sont unanimes la réduction des émissions de gaz à effet de serre est impérative pour préserver l’équilibre de la planète. Plus récemment la fonte des glaciers de l’Antarctique a été considérée comme inévitable par Eric Rignot, un glaciologue de l’université de Californie à Irvine et de la NASA. En France, l’enjeu du changement climatique reste prisonnier de l’austérité et du dogmatisme tandis que les Etats-Unis et la Chine ouvrent leurs bras à l’industrie nucléaire.

Premier constat donc, le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) confirme l’impact des activités humaines sur les changements climatiques. Dans leurs conclusions cependant, les évolutions restent optimistes tout en insistant sur l’impérieuse obligation de tenir l’objectif du facteur 4. Mais dans le journal Le Monde, les journalistes révélaient il y a peu, que dans le cadre du programme de la NASA IceBridge, des chercheurs ont prouvé la «nécessité de réviser à la hausse les projections ».

En France, malgré les engagements du Président François Hollande, et la conférence des Nations Unies qui devrait avoir lieu à Paris en 2015, le volontarisme politique semble devoir faire défaut, pris en tenaille dans ses contradictions politiques. L’ex-ministre Cécile Duflot résume ainsi la victoire de la sociale-orthodoxie sur la sociale-écologie. En effet, la suppression des aides aux ENR sous couvert « d’évolution des mécanismes tarifaires » ne contribue pas à l’atteinte de l’objectif des 23% du mix énergétique.

Cependant, la sortie des écologistes du gouvernement devrait permettre au nouveau premier ministre de relancer la question du nucléaire. Sur tous les autres continents du monde la prise de conscience des risques pour l’environnement conduit systématiquement à l’option atomique. Aux Etats-Unis d’Amérique, la Maison Blanche  considère désormais que « l’arrêt des réacteurs nucléaires américains au profit du gaz de schiste rend plus difficile l’atteinte des objectifs » de la politique climatique. En Asie, le Japon relance ses centrales et la Chine continue la réalisation de son programme nucléaire ambitieux.

Même en Afrique, la coopération énergétique prend forme autour de collaboration dans le domaine du nucléaire. La Conférence sur le nucléaire en Afrique 2014, organisée à Johannesburg, montre que cette solution attractive peut offrir d’incroyables perspectives de croissance et d’emplois pour la population de toute une région. En présence du ministre sud-africain de l’Énergie Dikobe Ben Martins, le président Jacob Zuma avait d’ailleurs affirmé dès le 13 avril dernier que « son gouvernement inclurait l’acquisition d’une centrale nucléaire de 9 600 MW dans sa combinaison de sources d’énergies ».

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom