Top

Libye : Quel avenir pour Benghazi ?

le 1 août 2011 à 0:39 

Les remous provoqués par la liquidation du chef d’état-major, Abdel Fattah Younès, ont ébranlé le mouvement insurrectionnel menacé dans ses fondements unitaires et son avenir.

La mise à nu révèle la réalité des dissensions internes et la montée en puissance des milices affiliées à la nébuleuse islamiste. Cette situation a amené le Conseil national de transition (CNT) à décider la dissolution et le ralliement tous les groupes armés au CNT. «Le temps est venu de dissoudre ces brigades. Quiconque refusera d’appliquer ce décret sera jugé», indique le président du CNT, Mustapha Abdeljalil, lors d’une conférence de presse. La menace fractionnelle, présente dans la mise en jugement contestée du général Younès par les 4 juges et son exécution par les éléments de la brigade Jarah Ibn Al-Obeïdi, prend de l’ampleur dans l’assaut lancé au cœur de Benghazi par la «cinquième colonne» liée au régime de Kadhafi.

«Il y a eu une longue bataille qui a duré des heures, parce qu’ils étaient lourdement armés. Nous avons perdu quatre hommes», a déclaré un porte-parole des rebelles, Mahmoud Shamman, faisant état d’«environ 20 blessés » côté assaillants. Des affrontements ont également opposé les forces du CNT et des éléments lourdement armés de la brigade Shakir, soupçonnés tout autant de la l’assassinat du général Younès. «Ils ont refusé de négocier et de se rendre, c’est pourquoi une attaque a été organisée», a affirmé le responsable de la sécurité Fareed Juwayli. Selon lui, le groupe possédait des explosifs et prévoyait de mener des attentats à la voiture piégée à Benghazi. Dans cette aventure partie pour durer, selon l’aveu du ministre français de la Défense, Gérard Longuet, les illusions de la guerre éclair s’écroulent.

La faillite généralisée, marquée par l’incapacité avérée de l’insurrection enlisée dans la guéguerre de Benghazi, signe le déclin annoncé de la coalition sérieusement affaiblie par le retrait américain, la fin de mission de la Norvège et la réduction draconienne de l’Italie rappelant son porte-avions Garibaldi. L’appel pathétique au renforcement de l’Otan adressé aux partenaires de l’Union européenne, tels que l’Espagne, l’Allemagne et la Pologne, et aux nations du nord de l’Europe, traduit la persistance de l’impasse. L’heure est nécessairement à la recherche de la solution politique favorisée par les contacts relancés entre Kadhafi et des membres du CNT. Et si tous les Libyens s’asseyaient autour de la même table de négociations ?

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom