Top

Barack Obama annonce la mort d’Oussama Ben Laden

le 2 mai 2011 à 13:54 

Le président Barack Obama a annoncé dimanche soir que le dirigeant d’Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, a été tué lors d’une opération dirigée par la CIA au Pakistan, mais a appelé à garder la même vigilance que ce soit aux Etats-Unis ou dans le reste du monde.

« Je peux faire part au peuple américain et au monde que les Etats-Unis ont mené une opération qui a tué Oussama Ben Laden, le chef d’Al-Qaïda et un terroriste qui est responsable de l’assassinat de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants innocents », a déclaré M. Obama dans une allocution prononcée depuis la Maison-Blanche.

Soulignant que les attaques terroristes du 11 septembre 2001 avaient été menées par Al-Qaïda, « une organisation dirigée par Oussama Ben Laden, qui avait ouvertement déclaré la guerre contre les Etats-Unis et s’était engagée à tuer des innocents dans notre pays et partout dans le monde », le président américain a indiqué qu’au cours des dix dernières années, « grâce au travail inlassable des militaires et des professionnels américains de la lutte contre le terrorisme, les Etats-Unis ont réalisé de grands progrès ». « Nous avons déjoué des attaques terroristes et renforcé notre défense.

En Afghanistan, nous avons supprimé le gouvernement taliban qui avait donné refuge et soutien à Ben Laden et à Al-Qaïda. Et dans le monde entier, nous avons travaillé avec nos amis et alliés pour capturer ou tuer un grand nombre de terroristes d’Al-Qaïda », a-t-il ajouté.

Après la fuite de Ben Laden de l’Afghanistan pour le Pakistan, Al-Qaïda a continué « à mener ses opérations à partir de la frontière entre ces deux pays et à travers ses affiliés à travers le monde », a précisé M. Obama. A ce propos, il a fait savoir que juste après son entrée en fonction à la tête de la présidence des Etats-Unis en janvier 2009, il a demandé au directeur de la CIA, Leon Panetta, « de faire de la mise à mort ou de la capture de Ben Laden la priorité absolue de la guerre des Etats-Unis contre Al-Qaïda », tout en poursuivant les efforts pour démanteler le réseau de cette organisation terroriste.

Il a également précisé qu’en août dernier et après des années de « travail minutieux » mené par les services américains du renseignement, il a été informé d’une « piste » sur Ben Laden. « La semaine dernière, j’ai finalement confirmé que nous avions suffisamment d’informations sur l’endroit exact » où se trouvait le dirigeant d’Al-Qaïda, a-t-il dit.

« Aujourd’hui, sous ma direction, les Etats-Unis ont lancé une opération contre ce complexe résidentiel, qui se trouve à Abbottabad (Pakistan), et menée par une petite équipe de militaires américains qui a pris soin d’éviter les pertes civiles. Après un échange de tirs, ils ont tué Oussama Ben Laden et gardé son corps », selon lui.

Pour Obama, « la mort d’Oussama Ben Laden marque notre plus grande réussite dans notre lutte contre Al-Qaïda et témoigne de la grandeur des Etats-Unis ». Cependant, a-t-il averti, sa mort « ne marque pas la fin de nos efforts » contre les terroristes d’Al-Qaïda « qui va continuer à tenter de mener des attaques » contre les Etats-Unis. « Nous devons et nous resterons vigilants ici et à l’étranger », a-t-il souligné.

Le chef de la Maison-Blanche a également tenu à préciser que « les Etats-Unis ne sont pas et ne seront jamais en guerre contre l’Islam », soulignant que « Ben Laden n’était pas un dirigeant musulman mais un meurtrier sanguinaire qui a tué de nombreux musulmans à travers le monde y compris aux Etats-Unis ».

Dans son commentaire publié après l’annonce de la mort de Ben Laden, le New York Times avance que si cet événement est « favorable à la puissance, l’influence et à la réputation des Etats-Unis, la disparition de Ben Laden ne signifie pas pour autant la fin d’Al Qaïda » qui reste une organisation « bien structurée ». Dans ce sens, le quotidien new yorkais cite le cas de l’organisation d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) qu’il décrit comme « une menace réelle » dans les pays de la région, tout en estimant que « la mort de Ben Laden aura probablement des conséquences négligeables » sur l’AQMI. « Les terroristes de l’AQMI peuvent admirer Oussama et s’en inspirer, mais tout porte à croire qu’ils en sont fortement indépendants », écrit le New York Times.

« Je peux faire part au peuple américain et au monde que les Etats-Unis ont mené une opération qui a tué Oussama Ben Laden, le chef d’Al-Qaïda et un terroriste qui est responsable de l’assassinat de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants innocents », a déclaré M. Obama dans une allocution prononcée depuis la Maison-Blanche.

Soulignant que les attaques terroristes du 11 septembre 2001 avaient été menées par Al-Qaïda, « une organisation dirigée par Oussama Ben Laden, qui avait ouvertement déclaré la guerre contre les Etats-Unis et s’était engagée à tuer des innocents dans notre pays et partout dans le monde », le président américain a indiqué qu’au cours des dix dernières années, « grâce au travail inlassable des militaires et des professionnels américains de la lutte contre le terrorisme, les Etats-Unis ont réalisé de grands progrès ». « Nous avons déjoué des attaques terroristes et renforcé notre défense.

En Afghanistan, nous avons supprimé le gouvernement taliban qui avait donné refuge et soutien à Ben Laden et à Al-Qaïda. Et dans le monde entier, nous avons travaillé avec nos amis et alliés pour capturer ou tuer un grand nombre de terroristes d’Al-Qaïda », a-t-il ajouté.

Après la fuite de Ben Laden de l’Afghanistan pour le Pakistan, Al-Qaïda a continué « à mener ses opérations à partir de la frontière entre ces deux pays et à travers ses affiliés à travers le monde », a précisé M. Obama. A ce propos, il a fait savoir que juste après son entrée en fonction à la tête de la présidence des Etats-Unis en janvier 2009, il a demandé au directeur de la CIA, Leon Panetta, « de faire de la mise à mort ou de la capture de Ben Laden la priorité absolue de la guerre des Etats-Unis contre Al-Qaïda », tout en poursuivant les efforts pour démanteler le réseau de cette organisation terroriste.

Il a également précisé qu’en août dernier et après des années de « travail minutieux » mené par les services américains du renseignement, il a été informé d’une « piste » sur Ben Laden. « La semaine dernière, j’ai finalement confirmé que nous avions suffisamment d’informations sur l’endroit exact » où se trouvait le dirigeant d’Al-Qaïda, a-t-il dit.

« Aujourd’hui, sous ma direction, les Etats-Unis ont lancé une opération contre ce complexe résidentiel, qui se trouve à Abbottabad (Pakistan), et menée par une petite équipe de militaires américains qui a pris soin d’éviter les pertes civiles. Après un échange de tirs, ils ont tué Oussama Ben Laden et gardé son corps », selon lui.

Pour Obama, « la mort d’Oussama Ben Laden marque notre plus grande réussite dans notre lutte contre Al-Qaïda et témoigne de la grandeur des Etats-Unis ». Cependant, a-t-il averti, sa mort « ne marque pas la fin de nos efforts » contre les terroristes d’Al-Qaïda « qui va continuer à tenter de mener des attaques » contre les Etats-Unis. « Nous devons et nous resterons vigilants ici et à l’étranger », a-t-il souligné.

Le chef de la Maison-Blanche a également tenu à préciser que « les Etats-Unis ne sont pas et ne seront jamais en guerre contre l’Islam », soulignant que « Ben Laden n’était pas un dirigeant musulman mais un meurtrier sanguinaire qui a tué de nombreux musulmans à travers le monde y compris aux Etats-Unis ».

Dans son commentaire publié après l’annonce de la mort de Ben Laden, le New York Times avance que si cet événement est « favorable à la puissance, l’influence et à la réputation des Etats-Unis, la disparition de Ben Laden ne signifie pas pour autant la fin d’Al Qaïda » qui reste une organisation « bien structurée ». Dans ce sens, le quotidien new yorkais cite le cas de l’organisation d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) qu’il décrit comme « une menace réelle » dans les pays de la région, tout en estimant que « la mort de Ben Laden aura probablement des conséquences négligeables » sur l’AQMI. « Les terroristes de l’AQMI peuvent admirer Oussama et s’en inspirer, mais tout porte à croire qu’ils en sont fortement indépendants », écrit le New York Times.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 de 5)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom