Top

Otan en Libye : une force au service de l’Occident

le 2 juillet 2011 à 14:03 

L’OTAN, à sa création, devait prévenir d’éventuels soubresauts d’impérialisme allemand et lutter contre les ambitions de conquête de l’Union Soviétique appuyée par ses satellites.

C’est au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et la redistribution des cartes dans la nouvelle recomposition du globe, que les Américains auront l’idée de mettre en place deux organisations militaires auxquelles ils font adhérer le monde libre. L’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et l’Organisation du Traité de l’Asie du Sud-Est (OTASE ). Ces instruments sous commandement américain ont pour mission essentielle de maintenir la paix et un rôle hautement dissuasif dans leur zone d’influence. L’OTAN qui nous intéresse davantage, compte tenu de notre proximité avec le Vieux continent – dont les structures ont changé depuis la fin de la guerre froide, a néanmoins gardé ses objectifs, à savoir la défense de l’Occident.

Face au péril communiste et pour maintenir l’équilibre de la terreur entre les deux blocs, les Etats-Unis ont été contraints de créer de nombreuses bases militaires et tout particulièrement sur le pourtour méditerranéen. Entre autres en Tunisie, au Maroc et même en Libye, ce que l’on ignore bien souvent. Il s’agit de la base de Weelus fermée par le roi libyen Idriss Ier pendant la Guerre des Six-Jours et la défaite des Arabes.

Elle intervient au gré des intérêts des grandes puissances occidentales

Dans ce conflit libyen qui ensanglante actuellement un territoire de cinq millions d’âmes, mais aux ressources pétrolières considérables, l’OTAN s’est résolument rangée, comme on le sait, aux côtés des insurgés de Benghazi. Avec l’appui des principales capitales européennes, la bénédiction du Qatar et le consentement, du bout des lèvres, de la Ligue arabe.

Il ne s’agit pas pour l’organisation européenne de «faire» la guerre à Kadhafi, mais de bombarder ses cibles militaires pour permettre aux combattants d’avancer plus rapidement vers la capitale, Tripoli, et aux civils d’être à l’abri des frappes aveugles de l’aviation gouvernementale. Malheureusement, ces frappes de l’OTAN ont causé d’énormes dégâts collatéraux parmi la population.

Des dizaines de civils ont été tués à Tripoli et sa banlieue. Les images diffusées par la télévision d’Etat, même si elles sont souvent sujettes à caution, sont parfaitement crédibles. Même le guide a perdu dans ces raids meurtriers un fils de 29 ans et un petit-fils de 3 mois. Le dernier bombardement opéré par l’OTAN a fait, selon des sources dignes de foi, 9 morts dont 5 membres d’une même famille, information confirmée par Kadhafi lui-même. L’organisation qui a reconnu une autre bavure la veille, a promis de mener une enquête sur cette affaire.

Mais nous savons tous ce que valent ces promesses, ce genre d’engagement qui ne dépasse pas le stade de vœu pieux. Nous n’avons aujourd’hui aucun chiffre fiable concernant le nombre de victimes collatérales que les bombes de l’OTAN ont fauchées à Tripoli à Misrata ou ailleurs dans le pays. Les morts et les blessés se comptent sûrement par centaines. Au point qu’une association civile à Tripoli a décidé de prendre pour avocat Roland Dumas, ex-ministre français des Affaires étrangères et membre du Barreau de Paris pour poursuivre Sarkozy en justice et l’accuser de crimes de guerre.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 4,00 de 5)
Loading...

Une réponse à “Otan en Libye : une force au service de l’Occident”

  1. Binder 2 juillet 2011 14:48

    Pour l’OTAN : toujours se rappeler quelle était l’opinion à ce sujet du Gal DE GAULLE. Je ne citerais pas le terme qu’il a employé simplement sa décision de quitter le « mxxxxn » A mon avis c’est tout simplement un truc à la botte des Etats Unis

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom