Top

Proche-Orient : La France veut une conférence à Paris cet été

le 3 juin 2011 à 23:27 

«Nous sommes convaincus que s’il ne se passe rien d’ici le mois de septembre, la situation sera très difficile pour tout le monde.».

La France tente de réussir là où les Américains patinent au Proche-Orient : réanimer le processus de paix qui est au point mort depuis septembre dernier. Alain Juppé, le chef de la diplomatie française, se rendra, ce lundi à Washington pour obtenir d’Hillary Clinton, sa collègue américaine, un feu vert pour la tenue avant la fin juillet, à Paris d’une conférence de paix israélo-palestinienne sur la base des frontières de Juin 1967 dont «l’ensemble de la discussion devrait se dérouler sur une année».

Outre la relance du processus de paix, cette conférence dont les chances d’aboutir sont «minces» mais «réelles», dixit Juppé, aurait deux autres objectifs. Le premier : éviter une conflagration diplomatique aux Nations unies si Mahmoud Abbas maintient sa détermination à demander à l’Assemblée générale de proclamer l’indépendance de la Palestine en septembre prochain.

Si Obama a exprimé son hostilité à la démarche d’Abbas, Sarkozy en quête d’une doctrine arabe semble redouter la période d’instabilité qui pourrait s’ouvrir. «Nous sommes convaincus que s’il ne se passe rien d’ici le mois de septembre, la situation sera très difficile pour tout le monde au moment de la réunion de l’Assemblée générale des Nations unies», reconnaît le patron de la diplomatie française, plus convaincu que jamais que le statu quo actuel au Proche-Orient «n’est plus tenable» et que la réconciliation en cours entre Fatah et Hamas comme une «bonne nouvelle». Le second : faire une place dans la région à la France qui tente depuis quelques mois, de prendre des initiatives pour débloquer le processus de paix.

L’Autorité palestinienne pourrait-elle reprendre langue avec le gouvernement israélien sans le gel des activités de la colonisation ? Fort improbable. Benyamin Netanyahu qui exige des Palestiniens la reconnaissance d’Israël comme «l’Etat-nation du peuple juif» et l’oubli des lignes de 1967 comme frontières, sera-t-il prêt à revoir sa copie ? Fort improbable aussi.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom