Top

Tunisie : Le procès de Ben Ali s’ouvre demain

le 3 juillet 2011 à 14:49 

L’ex-Président tunisien Zine El-Abidine Ben Ali sera jugé par contumace, demain, lundi, pour détention d’armes et de drogue, des accusations «irrationnelles» pour son avocat qui veut un report du procès pour mieux défendre son client.

Le procès, initialement prévu le 30 juin devant la chambre criminelle du tribunal de première instance de Tunis, a été reporté au 4 juillet en raison d’une grève des magistrats.
La même cour a déjà condamné par contumace, le 20 juin, l’ancien homme fort de la Tunisie et son épouse Leïla Trabelsi à 35 ans de prison et 45 millions d’euros d’amende pour détournement de fonds. La condamnation avait été prononcée à l’issue de quelques heures de délibération seulement.

Mais le procès de demain ne vise que le Président déchu. Deux kilos de résine de cannabis et des armes ont été découverts dans le palais présidentiel de Carthage (dans la banlieue nord de Tunis), selon l’accusation. M. Ben Ali se retrouve inculpé de «possession, commercialisation, consommation, importation et exportation de drogue. La totale», déclarait son avocat commis d’office Me Hosni Beji. L’ex-Président est également accusé de possession d’armes. L’avocat considère «le dossier assez faible». «Comment peut-on imaginer qu’un Président en exercice puisse posséder 2kg de résine de cannabis de qualité médiocre pour la commercialiser ?», s’est étonné Me Beji.

«La plupart des armes trouvées dans son bureau personnel sont des cadeaux», avait aussi expliqué Me Beji. Elles «ont été offertes par des personnalités et chefs d’Etat, dont le Président algérien Abdelaziz Bouteflika, et aussi par le ministre saoudien de l’Intérieur, le prince Nayef ben Abdel Aziz, a-t-il précisé. L’avocat a aussi indiqué qu’il avait préparé des listes de témoins pour notamment assurer devant la justice que «M. Ben Ali n’a jamais possédé ni consommé de la drogue». Parmi ces témoins, ses médecins personnels. Afin de ficeler le dossier en question, l’avocat a également annoncé qu’il demandera un report à une date qui lui «permettra d’avoir un contact» avec son client et sa famille et «préparer avec lui le bon déroulement de sa défense».

«Si l’accord est obtenu, je me déplacerai en Arabie saoudite et examinerai le dossier avec lui», a ajouté Me Beji. Pour rappel, Zine El-Abidine Ben Ali et son épouse Leïla Trabelsi sont réfugiés en Arabie saoudite depuis le 14 janvier. Les autorités du royaume font la sourde oreille, au moins publiquement, aux demandes des autorités tunisiennes d’extrader le couple. La veille de leur première condamnation le 20 juin, M. Ben Ali avait rompu le silence observé depuis sa fuite. Il avait «vigoureusement contesté», dans un communiqué de son avocat libanais, toutes les accusations portées contre lui et souhaité que son pays surmonte «le chaos et l’obscurité». Sa condamnation rapidement prononcée, malgré une demande de report présentée par les avocats commis d’office pour assurer sa défense, avait été critiquée pour son caractère expéditif.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom