Top

Crise libyenne : la solution doit être d’ordre politique en Libye

le 4 juillet 2011 à 17:58 

L’ancien diplomate algérien, représentant de l’ONU pour l’Irak et l’Afghanistan, a estimé que la solution à la crise qui secoue actuellement la Libye doit être d’ordre politique impliquant aussi bien les Nations unies que la Ligue arabe et l’Union africaine.

« Ce qui se passe en Libye, contrairement à l’Egypte et à la Tunisie, est une guerre civile (…) et dans ce cas de figure, cela demande une autre solution qui est d’ordre politique », a affirmé M. Brahimi dans un entretien au quotidien La Tribune dans son édition de lundi. Il a, à ce propos, appelé l’Algérie à jouer son rôle pour le règlement de cette crise.

L’ »Algérie a « une dette envers la Libye qui nous a aidés durant la guerre de libération et là, j’ai dit que la Tunisie, le Maroc et particulièrement l’Algérie sont directement concernés et doivent réagir », a-t-il souligné.

Pour M. Brahimi, il s’agit pour les pays maghrébins « d’aller à l’ONU et demander un mandat en disant que c’est nous qui aiderons au règlement politique de ce conflit. La réponse de cette Organisation ne peut qu’être positive ».

« Le même mandat doit être demandé à la Ligue arabe et à l’Union africaine et avec un mandat de trois Organisations, on peut demander à M. Kadhafi de partir avec dignité et mettre en place une mission de la paix pour aider les parties au conflit à se réconcilier et créer une deuxième république », a-t-il suggéré.

Interrogé sur les crises qui secouent d’autres pays arabes, l’ancien diplomate algérien a indiqué que les peuples arabes « souffrent de la situation dans laquelle ils vivent sur le plan aussi bien social qu’économique ». Toutefois, il a qualifié de « surprenant » ce qu’il a appelé « la célérité et l’efficacité » de ces mouvements « qui sont venus à bout de deux régimes pour le moment ».

S’agissant des réformes politiques engagées en Algérie, M. Brahimi a relevé l’importance de relancer la culture de la tolérance afin, a-t-il dit, d’ »accepter l’avis de l’autre et de respecter les libertés ». « Un très grand effort doit être effectué de la part de la société et cela passe par une très grande conscience de sa part », a-t-il plaidé ».

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom