Top

Libye : La coalition redoute l’enlisement

le 5 mai 2011 à 10:11 

Face au statu quo ambiant qui règne de Misrata à Ajdabia, le risque d’enlisement plane sur la coalition. Le siège reprend à Misrata.

Dans la ville, cernée par les chars des forces loyales au dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi, et dont le port est bloqué depuis plusieurs jours, la pénurie des produits de première nécessité s’aggrave. Le climat est lourd d’inquiétude à l’expiration de l’ultimatum prolongé d’« un ou de deux jours » (jusqu’à vendredi), pour que les rebelles se rendent. Le vice-ministre des Affaires étrangères Khaled Kaïm a de ce fait estimé qu’il y avait des « signaux positifs au sein de la population » évoquant le chiffre de « 400 personnes » ayant déposé les armes.

A Tripoli, de nouveau ciblée par des bombardements, après le raid meurtrier qui a tué le fils cadet de Kadhafi et ses trois petits-fils, l’heure est donc à l’optimisme. Kadhafi « se porte très bien », a annoncé Khaled Kaïm qui précise qu’il avait rencontré « plusieurs responsables tribaux » avant une grande rencontre tribale prévue jeudi et vendredi. La bataille de Misrata continue. Le principal verrou qui empêche l’avancée contrariée vers la capitale tient bon.

Face au statu quo ambiant qui règne de Misrata à Ajdabia, le risque d’enlisement plane sur la coalition qui, à l’image de la France prompte à convoquer une « conférence des amis de la Libye » prévue dans les « semaines qui viennent », veut minimiser la potée du bourbier libyen.

« J’espère que cela ne durera pas au-delà de quelques semaines, au plus de quelques mois, mais il est prématuré de parler d’enlisement », a souligné le chef de la diplomatie française, Alain Juppé. De son côté, le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini, a indiqué que l’Italie cherchera « avec les organisations internationales comme l’Otan et avec les alliés à fixer un terme » aux opérations. A cet effet, une motion a été votée (309 pour, 294 contre) par la chambre des députés. Elle demande au gouvernement d’« entreprendre immédiatement une action politique forte et décidée sur le plan international pour trouver une solution diplomatique à la crise libyenne » et d’exclure « une quelconque participation italienne » à d’éventuelles opérations de troupes sur le territoire libyen.

En outre, le Parlement appelle à ne pas augmenter les impôts pour financer cette mission et de poursuivre la réduction progressive des contingents militaires déjà présents dans le cadre d’autres opérations internationales à l’étranger. Rome, qui s’apprête à accueillir, jeudi, la deuxième réunion du groupe de contact en présence de Hillary Clinton, a montré les limites d’un consensus d’une coalition menacée d’enlisement dans le bourbier libyen.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom