Top

Adhésion palestinienne à l’ONU : « Il n’y aura pas de marche arrière »

le 5 septembre 2011 à 12:16 

Un haut responsable du mouvement palestinien Fatah a réaffirmé dimanche la détermination des Palestiniens à demander à l’ONU l’adhésion de l’Etat de la Palestine dans les frontières de 1967, en dépit des pressions extérieures.

« Il n’y aura pas de marche arrière, ni d’autre choix. Les Palestiniens vont bien aller au Conseil de sécurité de l’ONU pour obtenir l’adhésion de l’Etat de la Palestine dans les frontières de 1967 », a déclaré Chaath.

Faute de perspective sérieuses de reprise des négociations avec l’occupant israélien, enlisées depuis plusieurs mois, les Palestiniens comptent demander à l’ONU l’admission de l’Etat de Palestine lors de l’Assemblée générale annuelle des Nations unies en septembre, malgré l’hostilité d’Israël et des Etats-Unis. L’émissaire américain pour le Proche-Orient David Hale est attendu mercredi à Ramallah (Cisjordanie) pour un entretien avec le président palestinien Mahmoud Abbas.

Pour sa part, le chef de la diplomatie de l’Union européenne, Catherine Ashton, doit se rendre de nouveau à Ramallah d’ici le 11 septembre pour s’entretenir avec Abbas, qu’elle a déjà rencontré le 28 août, selon Chaath. L’envoyé spécial du Quartette (Etats Unis, Russie, UE, ONU), Tony Blair, sera par ailleurs reçu lundi par le président palestinien.

De son côté, le président Mahmoud Abbas doit poursuivre sa campagne internationale pour l’adhésion de l’Etat de la Palestine à l’ONU par une visite cette semaine au Portugal, a précisé Chaath. Cette campagne doit s’appuyer sur une opération de relations publiques et des manifestations pacifiques de soutien en Cisjordanie occupée et dans plusieurs grandes capitales. Baptisée « Palestine 194 », cette campagne, sera lancée jeudi, les Palestiniens souhaitant être reconnus comme le 194e Etat admis à l’ONU.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

Une réponse à “Adhésion palestinienne à l’ONU : « Il n’y aura pas de marche arrière »”

  1. Brigitte 6 septembre 2011 07:34

    Qu’on le considère ou non comme un collabo, Abbas, depuis le 9 janvier 2009, n’est plus constitutionnellement que l’ex-président de la non-Autorité palestinienne. Et l’OLP actuelle n’est guère plus représentative des forces vives du pays.

     C’est bien pourquoi  éthiquement ce serait à l’ensemble du peuple palestinien en âge de voter de toute la planète qu’il fau(drai)t poser par référendum trois questions sur trois frontières possibles, même  s’il n’y en a qu’une d’éthique et de juste.

     Frontières de Janvier 1946 ? Frontières du 29 novembre 1947 ? Frontières du 31 décembre 1949.

     Alors qu’on pourrait comprendre que,  par lassitude et épuisement psychique, certains Palestiniens préfèrent voter  « D’accord pour  quatre bantoustans et un gouvernement fantoche  obéissant  à Tel Aviv, du moment qu’on me donne du boulot ainsi qu’à mes enfants, y compris ceux actuellement emprisonnés sans avoir jamais touché une arme » .

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom