Top

Du 11 septembre 2001 à Linky, la théorie du complot fait mouche chez les plus jeunes

le 7 février 2017 à 12:33 

Linky-complotDes vidéos qui expliquent avec force, infographies et interviews « d’experts » à la clé, que les attaques du 11 septembre 2001 ont été commanditées par les Américains ou la banque Rothschild. D’autres qui prétendent débusquer la « vérité », forcément cachée, derrière les sanglants attentats de Charlie Hebdo ou du Bataclan. Des sites qui remettent en cause la version officielle, nécessairement sujette à caution, de la mort du petit Aylan durant sa traversée de la mer Egée… Avec Internet, le moindre événement dramatique est désormais passé au filtre des « théories du complot ».

Pour les théoriciens du complot, l’important est de désigner à la vindicte des internautes un groupe d’individus que l’on accuse de vouloir étendre sa domination aux masses, ces dernières étant présentées comme victimes d’une désinformation savamment entretenue. Pour le fondateur de l’Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot, Rudy Reichstatd, le « complotisme tord la réalité dans le sens des intérêts (de ceux qui l’élaborent et) inverse la charge de la preuve » : à ceux que les complotistes accusent de prouver que ces derniers ont tort.

Une défiance généralisée envers les institutions

La théorie du complot ne frappe pas que les drames et autres catastrophes à rayonnement planétaire. Les entreprises, particulièrement celles qui ont une taille internationale, en sont aussi régulièrement victimes. C’est le cas, en France, d’Enedis qui, avec son nouveau compteur électrique intelligent, Linky, a déclenché de nouvelles crises de complotisme chez certains internautes. Le compteur, qui prendra progressivement le relais des anciens appareils que devaient relever des agents deux fois par an, est « connecté » – et c’est cette particularité qui alimente tous les fantasmes.

Sur la plateforme Youtube, plusieurs vidéos amateurs font ainsi le buzz. Sur l’une d’entre elles, on peut regarder une Youtubeuse, habituellement spécialisée dans les conseils en maquillage, s’en prendre au nouveau boitier intelligent d’Enedis. « Un crime contre l’humanité », rien que ça, s’insurge la demoiselle, qui affirme n’avoir « plus aucun endroit où aller », endossant opportunément la cause des personnes souffrant d’électrosensibilité. Au cours d’une autre vidéo, un homme, spécialisé quant à lui dans les prédictions à caractère gothique, met en garde son public : avec Linky, on se dirige tout droit vers des « perturbations cérébrales au cancer (sic) », une « mortalité infantile » élevée et, in fine, rien de moins « qu’un projet d’éradication de la population ». Et ce bien que toutes les études, comme celles de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) ou de l’Agence nationale des radiofréquences, aient conclu à l’absence d’éléments démontrant une nocivité de Linky sur la santé.

Au-delà du caractère anecdotique de ces vidéos, le fait qu’elles soient largement vues et partagées dit quelque chose de l’état de notre société. La défiance des citoyens envers les institutions, qu’elles soient politiques ou économiques, comme les entreprises, est à son comble. Pour l’ancien eurodéputé et accessoirement candidat à la primaire de la gauche, Jean-Luc Bennahmias, « il y a une défiance constatée à l’encontre des dirigeants politiques, toutes tendances confondues, des cadres des syndicats et des entreprises, des corps intermédiaires. L’autorité, quelle qu’elle soit, est remise en cause ». Une défiance particulièrement forte chez les plus jeunes.

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

Que faire pour aider les jeunes touchés par le complotisme ?

Beaucoup d’enseignants français se souviennent de l’après Charlie Hebdo. Dans leurs classes, ils ont dû faire face à des élèves convaincus que la version des attentats véhiculée par les médias était manipulée et tout aussi convaincus de détenir « la » vérité. Selon le ministère de l’Education nationale, un jeune sur cinq ferait sienne la théorie du complot. Constamment rivés à leur smartphone, en perpétuelle recherche de sensations et de mystères, les ados constituent une cible privilégiée des conspirationnistes. Et ce alors qu’ils ne disposent pas des mêmes armes intellectuelles que leurs parents. Pour Rudy Reichstatd, « la pratique du doute chez les jeunes n’est pas méthodique car ces derniers n’ont pas encore développé assez de faculté critique pour douter avec méthode ». En but à l’autorité parentale ou professorale, ils préfèrent donner crédit à des théories qui, pour être fantaisistes, flattent leur égo et entretiennent un certain désabusement face à une société plongée dans la crise.

Moins habitués que leur progéniture ou leurs élèves à surfer sur le Web, parents et enseignants tentent pourtant de les protéger des théories du complot. L’Education nationale a, par exemple, incité les professeurs à organiser une grande journée de débat entre élèves et enseignants sur cette problématique.

Si beaucoup de professeurs reconnaissent toute la difficulté qu’il y a à opposer frontalement des arguments rationnels à des théories du complot, d’autres tentent d’insuffler de la méthode dans l’esprit de leurs élèves. A l’image de Sophie Mazet, prof d’anglais dans un lycée de Seine-Saint-Denis, qui conseille à ses élèves de se poser trois questions « en cas de doute » : « quelles sont les sources ? Essayer d’en croiser plusieurs. Qu’est-ce que ça donnerait si on poussait la théorie jusqu’au bout ? Et est-ce qu’il n’y a pas une explication beaucoup plus simple ? ».

D’autres encore organisent avec leur classe des mises en scène, où il est demandé aux élèves de bâtir eux-mêmes et en groupe, de nouvelles théories du complot. Et ce afin de prendre conscience par eux-mêmes de la facilité qu’il y a à manipuler leurs petits camarades. Ainsi, les ados réalisent « qu’on préfère se raconter des petites histoires qui paraissent peu crédibles plutôt que de croire à l’explication plus simple. La plupart des théories du complot fonctionnent de cette manière », conclut Sophie Mazet.

Marc Colin

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom