Top

Ile-de-France : un plan ORSEC réclamé pour les transports

le 7 mars 2014 à 20:04 

rerPour l’opposition UMP au conseil régional d’Ile-de-France, l’heure est grave pour les transports en commun. Face au ras-le-bol des franciliens, Valérie Pécresse, chef de file de l’opposition gaulliste au conseil régional, réclame d’urgence un vaste plan de restauration des transports en commun.

Une tribune signée par 57 parlementaires franciliens et rédigée par Valérie Pécresse avance les exigences de l’opposition pour ce plan ORSEC. Désireuse d’associer les usagers à ce programme de rénovation, l’actuelle députée des Yvelines souhaite d’urgence investir massivement pour moderniser le réseau. En effet, le constat est accablant. La plupart des Transiliens et RER ont déjà plus de 30 ans de service et quant aux installations, la moitié des panneaux de signalisation a plus de 60 ans, tandis que pratiquement tous les caténaires servent depuis au moins 50 ans. En bref, la vétusté du réseau constitue non seulement un risque permanent pour les usagers, mais aussi une cause non-négligeable des pannes et retards qui gangrènent les lignes franciliennes.

Mais l’UMP réclame aussi l’abrogation de l’aide aux étrangers clandestins dans les transports, qui représente un coût financier de près de 80 millions d’euros par an et refuse catégoriquement la mise en place d’un Pass Navigo unique, qui constituerait un manque à gagner d’un demi-milliard d’euros par an pour la région soit l’équivalent de la rénovation d’une ligne de RER. Mais il faut aussi cibler les vraies priorités. Par exemple, la rénovation récente de la gare Saint-Lazare a rendu le cadre plus agréable, mais l’ensemble des installations reste vétuste, ce qui explique les irrégularités et les retards sur les deux lignes de Transilien qui y passe.

Si on dresse le bilan de l’année 2013, le résultat apparaît presque catastrophique. Aucun des objectifs de régularité portant sur les RER n’a été atteint. Et pour les Transiliens, seules deux lignes sur 8 ont pu répondre aux objectifs fixés par la région. Très souvent attaqué sur la question des transports en commun, le président socialiste de la Région Ile-de-France Jean-Paul Huchon doit agir vite. L’urgence de la situation nécessite en effet des investissements massifs et ciblés, d’abord tournés vers les installations les plus vieillissantes.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom