Top

L’alcool a été un vecteur de l’évolution humaine

le 9 mai 2017 à 13:30 

L’alcool attire, fascine, captive, et pas seulement les piliers de bar et les viticulteurs, car les chercheurs et les spécialistes de l’évolution humaine aussi. L’alcool et ses différentes utilisations, font partie des nombreuses mutations, et sont des étapes importantes dans l’histoire de nos très lointains aïeux, donc dans notre histoire.
Nous n’irons pas jusqu’à traiter nos ancêtres de « poivrot », mais il faut bien admettre, qu’un léger penchant pour la boisson ne doit pas être sous-estimé. L’ivresse était connue avant l’arrivée du raisin et du blé dans le quotidien, et même avant l’apparition de l’Homo sapiens. D’après le généticien Matthew Carrigan, du Santa Fe College (Gainesville, États-Unis), des primates arboricoles et frugivores ont dû descendre des arbres nourriciers en raison d’un assèchement climatique. « Ils ont alors commencé à se nourrir de fruits tombés au sol, qui étaient parfois fermentés« , et apparemment, ils ont aimé.
D’après Robert Dudley le biologiste californien, « nos ancêtres auraient notamment recherché très tôt ses effets sur l’humeur« , pour aiguiser le goût de l’aventure et garder un côté entreprenant, et comme on dit, « se donner du courage ». Ce sont les abeilles, qui ont fourni le premier breuvage alcoolisé au monde, entièrement naturel, d’après les recherches de Roger Morse, professeur à l’université Cornell (États-Unis). Certainement sous l’aspect d’un tronc plein de miel et de cire tombé au sol, puis détrempé par les pluies. Une fois le miel dilué à 70 % d’eau, les levures auraient lancé la fermentation, produisant ainsi un hydromel.
Bien sûr, la grande étape, c’est la rencontre entre l’homme et la vigne, il y a 2 millions d’années, lorsque l’homo erectus arrive du côté d’Israël, de la Palestine, de l’Anatolie, du Caucase et de l’Iran. Il faut toutefois, attendre l’invention de la poterie, et plus précisément 7 000¬ ans avant J-C, pour trouver « la trace du premier breuvage à fermentation contrôlée », dans la Chine du néolithique.
A partir de là, l’alcool est constamment présent dans les différentes phases de l’évolution. Sur le site de Tell Bazi, au nord de la Syrie, vieux de 3 400 ans, chaque maison possédait en effet sa « microbrasserie » sous la forme de gigantesques jarres d’argile (200 litres). L’utilisation de l’alcool s’est largement diversifiée, ainsi pour communiquer avec les dieux ou les ancêtres, la boisson alcoolisée est souvent sollicitée, que ce soit le vin de l’eucharistie, la bière offerte à la déesse sumérienne, ainsi que les nombreux breuvages des tribus amazoniennes ou africaines. L’alcool a aussi servi dans les premiers pas de la médecine, en traitant les infections. Il ne faut pas oublier que ce « lubrifiant social » a certainement aidé et participé à la création, à la musique, aux arts, et à de nombreuses pratiques sociales, indispensables au fonctionnement et au développement d’une culture.
On n’a jamais rien sans rien, et tout ceci ne doit pas faire oublier, que l’alcool a aussi développé ses maladies, sa dépendance, ses déchéances et de nombreuses scènes de ménage. Tout ceci nous fait penser à notre dernier crédo social, consommer avec modération.

Crédit photo : Archangem

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom