Top

François Bayrou débute sa campagne présidentielle 2012

le 10 octobre 2011 à 4:30 

Qui se rappelle aujourd’hui qu’il y a un peu plus de quatre ans, lors des dernières élections présidentielles, François Bayrou, actuel président du MoDem, était alors à la tête de l’UDF, la troisième force politique du pays.

Après des années à tenter de se faire connaître des électeurs et surtout après des années à tenter de les convaincre de voter pour lui, François Bayrou avait réussi à concentrer une base électorale inattendue et particulièrement importante. Certains, même à la veille du premier tour de la présidentielle, avaient annoncé une possible surprise avec sa présence au second tour du scrutin.

Les deux semaines séparant les deux tours de l’élection avaient d’ailleurs été teintées de tractations supposées de la droite et de la gauche avec Bayrou pour un éventuel ralliement. Mais ce dernier voulant à tout prix, et apparemment plus que tout, garder son indépendance, avait refusé de s’allier à l’un des deux candidats, ratant ainsi l’opportunité de prétendre à un poste d’importance dans le gouvernement que formerait le vainqueur.

François Bayrou, à cette époque, galvanisé par son succès inopiné espérait continuer à jouer la carte de la différence et de la consolidation du Centre. Pariant sur un succès exponentiel de son mouvement, le président de l’actuel MoDem n’avait visiblement pas anticipé, au contraire, en s’isolant, il perdrait les nouvelles voix qu’il venait tout juste de conquérir. D’ailleurs, ses quatre dernières années ont été des plus difficiles pour François Bayrou, qui, en plus de ne plus intéresser les électeurs, n’intéresse même plus les médias qui ne lui donnent, à lui et à son parti, qu’une couverture des plus maigres.

De plus, ces dernières années ont vu l’émergence de nombreuses personnalités se réclamant du Centre. Des personnalités qui ont su canaliser l’attention du public et de la presse, à l’instar de Jean-Louis Borloo ou encore d’Hervé Morin. Ces deux ex-ministres de Sarkozy qui ont tous les deux rallié en 2007 l’équipe Sarkozy après la victoire de ce dernier et qui ont tous deux continué à porter la possibilité d’une alternative politique. Et si Jean-Louis Borloo a annoncé, pas plus tard que la semaine dernière, qu’il renonçait à se présenter au scrutin présidentiel de 2012, il n’est pas dit que cela profitera à François Bayrou.

Ce dernier, malgré une constance dans son discours que personne ne peut lui contester, n’arrive malheureusement pas à rassembler. Pire que tout, jamais son parti n’avait été aussi bas dans les sondages. Pourtant, il semblerait que, égal à lui-même, le président du MoDem soit bel et bien sur le point de s’engager dans sa troisième campagne présidentielle avec le résultat que l’on imagine, car si François Bayrou manque cruellement d’électeurs, il ne manque pas de volonté, bien que cela ne risque pas de lui faire gagner l’Elysée.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 de 5)
Loading...

5 Réponses à “François Bayrou débute sa campagne présidentielle 2012”

  1. Monique 11 octobre 2011 23:56

    Article très partisan et très peu argumenté!
    « L’UDF, la 3e force politique du pays », oui, en 2007, grâce à Bayrou. Mais pas en 2002, que je sache!
    « Ratant l’opportunité de prétendre à un poste d’importance… » Nous y voilà! Parce que l’important, selon l’auteur de l’article, c’est d’obtenir un poste de ministre, même s’il faut, pour cela, renier ses convictions!
    « F. Bayrou n’intéresse même plus les médias qui ne lui donnent … qu’une couverture des plus maigres ». Voilà qui en dit long sur l’objectivité des médias en question. A moins qu’ils ne soient aux ordres mais de qui, donc?
    « Des personnalités qui ont su canaliser l’attention du public et de la presse à l’instar de jean-Louis Borloo ou encore d’Hervé Morin ». Ah ça, pour être réussi, c’est réussi! Bravo! Le premier, après que beaucoup de battage ait été fait autour de sa candidature renonce à se présenter (sans même que ses troupes aient été prévenues, semble-t-il). Quant au second… même les membres de son propre parti semblent redouter sa candidature. Aurait-il seulement une chance de passer la barre des 5%? Quelle alternative politique emballante!

  2. Kiceca 11 octobre 2011 21:26

    Non Bayrou n’est pas sans électeurs.

    En tout cas il y en à au moins 1 !!!! Moi, électeur modéré ni vraiment de gauche ni vraiment de droite qui n’ai pas oublié sa campagne sur l’urgence de régler le problème de la dette.

    Francois Bayrou n’a pas été suffisament entendu par les francais qui ont choisi majoritairement d’aller chercher la croissance avec les dents, croyant que tout est possible et que l’on gagnerai plus en travaillant plus.

    Et en 2011, le mur de la dette, nous nous y heurtons de plein fouet.

    Je voterai encore Bayrou en 2012 sans une seconde d’hésitation espérant que nous serons encore plus nombreux de les 18.5 % de 2007…

  3. Evelyne59 11 octobre 2011 14:03

    Pour moi aussi, la seule chance, c’est Bayrou.
    Evidemment, il va devoir se battre contre la presse. Bayrou veut une loi anti monopole de la presse, tenue par 3 ou 4 gros industriels qui ont des intérets auprès de l’état.
    Les organes de presse feront donc tout pour l’éliminer, comme ils l’avaient éliminé au maximum du discours visuel en 2007, et même monté des com (« Bayrou-démago », « Bayrou-lePen light » propagées par Tapie, Minc, La Villardière…)

    Son programme est solide, économiquement et humainement.
    Encore faut il qu’on puisse l’entendre.
    C’est la presse qui fait les rois, dans ce pays, et il faut que ça change. Il est seul à vouloir et pouvoir le faire.

    Sans hésitation, je voterai pour lui.

  4. Francois75 10 octobre 2011 22:08

    Je suis un peu sidéré par cet article qui oublie un peu vite qu’en octobre 2006, Bayrou était plus bas qu’aujourd’hui dans les intentions de votes.
    On connait la suite…
    Il a sa chance, à lui de mener la campagne qu’il faut.

  5. oliviera 10 octobre 2011 14:53

    Bis repetita. Je ne sais pas ce que Bayrou a fait (ou pas ?) aux commentateurs politiques mais ils s’acharnent à prendre des vessies pour des lanternes.

    On a voulu nous faire croire que Borloo était LE candidat du centre, refusant de voir les faiblesses de sa candidature, pour ensuite s’ébaudir de son inévitable retrait.

    Maintenant, on nous sort Morin. 1% dans les sondages les jours de fête.

    C’est sans doute ennuyeux pour certains mais il n’y a qu’un seul homme capable d’incarner le centre : Bayrou. Il a le charisme et le projet, hors de ça point de salut.

  6. morganev 10 octobre 2011 14:27

    C’est vrai que c’est le moins pire Bayrou. Et si ça permet d’en finir avec la vieille droite et la vieille gauche s’en passer par les extrêmes, pourquoi pas!

  7. nico26 10 octobre 2011 12:09

    Effectivement, les commentaires vont tous dans le même sens. Dire que FB n’a pas d’électeurs, c’est oublier le score qu’il a fait aux dernières élections. Dire que personne ne s’intéresse à lui est une erreur aussi, il suffit de voir que son livre est la meilleure vente des livres politiques actuellement, ça veut dire que bon nombre de français l’ont lu et quand on a lu son livre, on ne peut que voter pour lui.
    C’est un visionnaire, refusant toutes compromissions électoralistes, bref, droit dans ses bottes. Je vous demande juste d’ouvrir les yeux su ce qui se passe, dépassez ces commentaires disant qu’il n’y a que la droite ou la gauche (ça les arrange bien) et espérez.

  8. Daniel54 10 octobre 2011 10:20

    Je suis tout à fait d’accord avec le commentaire précédent . Contrairement à ce que la presse laisse trop souvent croire, François Bayrou n’est pas seul . La primaire des socialistes tire à sa fin (encore une semaine de patience !) et on peut espérer que F Bayrou va pouvoir se faire entendre (et que la presse en parlera) .Il a une vision pour la France (se reporter à son dernier livre : 2012 , état d’urgence). Dans le contexte actuel , de scandales d’état qui n’en finissent pas, son intégrité , sa compétence devraient être un atout majeur pour ces prochaines élections présidentielles.

  9. Pale Rider 10 octobre 2011 09:35

    Bayrou enterré. Mais Bayrou déterré! Ne remarquâtes-vous point que tout le monde vient lui manger dans la main? Ce matin, j’ai entendu une vieille Parisienne, de droite, qui était allée voter aux primaires socialistes, qui en avait marre de la corruption et qui était pour la mise à l’écart définitive des politiciens corrompus. Elle dit qu’elle va voter Bayrou.
    Penchant nettement à gauche, je suis allé voter à ces primaires (Montebourg). Je suis membre du MoDem et suis bien décidé à voter pour Bayrou. Je suis sûr que nous ne sommes pas isolés.
    Non Bayrou n’est pas mort, car il gêne encore!
    Plus que jamais.

  10. tivice 10 octobre 2011 08:45

    Un homme ne rassemble pas. C’est le projet qu’il porte qui créé le rassemblement. Autrement dit, c’est sur sa campagne qu’on verra s’il a bien fait de vouloir l’indépendance. Ne vendez pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom