Top

Algérie – Chutes de neige : Quand météo est synonyme de ravage

le 12 février 2012 à 8:11 

Les intempéries ont pu, en une semaine, chambouler la circulation routière, isoler plusieurs régions, provoquer des pénuries, la colère des citoyens ainsi que des protestations qui ont eu lieu dans plusieurs régions…

Si dame nature a fait montre «légitime» de force durant maintenant plus d’une semaine, la précarité, le manque de moyens d’intervention adéquats ont montré leur insuffisance, voire l’échec, laissant le terrain à la neige et à la pluie. En fait, la mobilisation des moyens de déneigement ainsi que les tentatives de rattraper les défaillances de l’impréparation et l’imprévision des autorités n’ont pu sauver à temps les populations touchées. Voyant la bonbonne de gaz prendre des ailes avec des prix variant de 10 euros à 50 euros dans certaines régions, alors que cette source de chaleur n’est pas disponible dans d’autres hameaux, les citoyens touchés par cette pénurie sont, malgré le froid, sortis dans la rue pour manifester leur colère vis-à-vis d’une spéculation abusive.

«Nous avons vu le jour où le prix du gaz a dépassé celui du miel. C’est inacceptable. Nous sommes pris dans une grande l’arnaque au vu et au su des autorités», se lamente un vieux ayant payé une bouteille de gaz 3 euros. En effet, dans plusieurs départements les intempéries ont donné lieu à plusieurs actions de protestation pour réclamer des renforts matériels, l’ouverture des routes, le gaz, l’électricité ainsi que les produits alimentaires. Mercredi dernier, les citoyens d’Ait Ziki, à Tizi Ouzou, ont fermé le siège de leur APC pour appeler les autorités locales à faire leur devoir. Plusieurs autres manifestations ont eu lieu à travers d’autres villages en rupture d’électricité et de gaz.

Hier, les habitants du village Tiza ont fermé de la RN 5 près de Ammal (Boumerdès) en signe de protestation contre la pénurie de gaz butane et les coupures d’électricité. Les protestataires ont précisé que leur région n’a eu droit à aucune bouteille de gaz depuis le début de la tempête de neige. Leur protestation a eu un fâcheux impact sur l’axe routier reliant la capitale aux wilayas de l’Est. La circulation ne s’est libérée qu’après l’intervention de la Gendarmerie nationale. Une station-service Naftal de le département de Boumerdès a été temporairement fermée par les habitants qui contestaient l’insuffisance de bonbonnes distribuées. Il y a lieu de souligner que c’est la pénurie de gaz du butane qui est à l’origine de la majorité des protestations enregistrées dans d’autres localités.

Sur un autre volet, la galère des citoyens des régions les plus touchées a suscité la solidarité et la mobilisation des citoyens. Plusieurs appels ont été lancés à partir du réseau social Facebook pour appeler à l’aide des villages isolés, sans denrées alimentaires, eau, électricité et gaz butane. Un élan de solidarité sans précédent a été par ailleurs observé tout le week-end, vis-àvis de quelques hameaux encore isolés, dans plusieurs départements de l’Est telles que Mila, Jijel et Sétif.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 de 5)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom