Top

Seif al-Islam: « Kadhafi est une ligne rouge »

le 12 avril 2011 à 16:01 

Le fils du dirigeant libyen a prévenu que «parler du départ» de son père était «vraiment ridicule», même s’il a concédé que le pays avait besoin de «sang neuf».

Dans une interview accordée ce week-end à la télévision BFMTV et diffusée hier, Seif al-Islam a ajouté : «Il ne veut pas tout contrôler. Il est à un âge avancé. Nous voulons porter sur le-devant de la scène une nouvelle élite, une élite de jeunes qui gouverne le pays, qui gère les affaires locales. Nous voulons du sang neuf. Voilà ce que nous voulons pour l’avenir de la Libye.

Mais parler du départ du guide, c’est vraiment ridicule.» Depuis le début de l’insurrection, «tout a changé» dans le pays, a poursuivi le fils du dirigeant libyen, qui a été présenté comme un successeur possible à son père, 68 ans. «La Libye future sera complètement différente de la Libye que vous avez connue jusqu’à présent, avec le guide, avec Seif, avec le peuple, avec l’Est, avec l’Ouest, avec le Sud de la Libye nous sommes tous une famille unie et nous construirons une Libye nouvelle», a-t-il ajouté. En outre, il a estimé que «le départ du guide ne changera rien, car le peuple libyen ne permettra pas à ces bandes terroristes de diriger la Libye».

«Si l’Occident veut la démocratie, une nouvelle Constitution, des élections, eh bien nous sommes d’accord. Nous sommes d’accord sur ce point, mais l’Occident doit nous aider à fournir un climat propice. Mais tous ces bombardements, ce soutien apporté aux groupes rebelles, tout cela est contre-productif», a poursuivi Seif al-Islam, qui a précisé que le pouvoir libyen était «prêt à discuter même avec le diable», mais qu’il y avait des «lignes rouges». «Tout d’abord, Kadhafi est une ligne rouge», a-t-il dit.

«Deuxièmement», a-t-il expliqué, la division de la Libye est une solution inacceptable : «Depuis 70 ans, depuis notre Indépendance en 1952, nous sommes un peuple uni, mais à cause du Qatar et de l’Occident, on parle d’Est et d’Ouest en Libye.» «Troisième ligne rouge, la sécurité en Libye. Nous ne permettrons à personne de compromettre la sécurité de la Libye en apportant leur soutien aux groupes rebelles armés», a-t-il ajouté. Il a, enfin, répété avoir «beaucoup de preuves» de l’implication de membres du réseau terroriste Al-Qaîda parmi les opposants à Benghazi.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom