Top

Air Algérie : la tension monte après l’annulation de ses vols à Orly

le 13 juillet 2011 à 12:15 

La plupart des vols nationaux et internationaux de l’unique compagnie nationale ont été annulés, retardés ou suspendus. Les clients désemparés, en quête d’informations, ont été abandonnés à leur propre sort. C’est la catastrophe !

Hier, c’était la débandade à l’aéroport international d’Alger. Les voyageurs de la compagnie Air Algérie ne savaient plus où donner de la tête. Abandonnés à leur sort, sans informations, sans orientations et sans prise en charge, beaucoup d’entre eux sont agacés par cette situation. «Je suis à l’aéroport depuis lundi, je suis venu à 17h. J’ai passé la nuit ici, dans le hall comme un chien et je ne sais toujours pas si mon vol est maintenu !», s’est emporté un jeune voyageur. Traînant son cabas derrière lui, harassé et fatigué, il s’est disputé avec un agent d’Air Algérie qui a été incapable de l’informer et d’assurer sa prise en charge. «Que vais-je faire ? Où vais-je passer la nuit ? Comment vais-je faire ?», lui a-t-il demandé.

Aucune réponse. Sans même le ménager, un gréviste, s’emporte, le réprimande et lui fait savoir qu’il ne sait rien avant de traverser la foule de clients qui l’entoure et de disparaître, indifférent, dans le hall. Une Libanaise qui souhaitait s’informer est vite découragée par cette scène. «Qu’allons-nous devenir ? Ce n’est pas vrai ! Mais qu’est-ce qui se passe ? Où doit-on aller ?», interroge- t-elle les gens qui, comme elle, sont perdus et désemparés. «Ils nous ont assurés que nous aurions des avions ce matin et ce n’est pas vrai ! C’est pour cela que j’ai passé la nuit ici. Les services passagers ont enregistré les bagages, les clients ont embarqué et les voyageurs ont été ensuite contraints à redescendre ! C’est quoi cette mascarade !», confie Lamia épuisée. «Des images insupportables. Des bébés en larmes, des enfants affamés, par terre et des personnes âgées malmenées !». Elle a du mal à contenir sa colère.

«C’est un manque de considération ! Nous sommes des humains !» A l’entrée de l’aéroport, une queue interminable de passagers, des Algériens et des étrangers. Des parents avec leurs bébés assis sur leurs bagages ou affalés sur le sol, en attente, désorientés. «On nous a rien donné ! Quelques bouteilles d’eau seulement ! C’est une catastrophe !» peste Mohamed, il montre son enfant de quatre ans qui se repose sur le caddie, et affirme qu’il attend depuis 9h du matin, pour embarquer pour la France. «Qu’on nous libère ! Qu’ils nous disent que c’est annulé ou pas pour que l’on sache quoi faire !». Il n’est pas le seul dans cet état, la plupart des voyageurs que nous approchons sont irrités. D’autres sont venus attendre leurs amis ou leurs proches et sont restés sans nouvelles. Impossible d’avoir une information fiable. «Depuis deux heures que je tente de me renseigner sur le vol provenant du Canada, j’attends ma fille et je ne sais toujours pas si c’est parti ou pas ! A la réception, on me dit que le vol a été suspendu ! Pas annulé ! Je ne comprends plus rien ! Suspendu jusqu’à quand ? Je ne sais pas !», raconte Wahiba, une quinquagénaire et qui a couru d’un service à un autre sans résultat. Dépassé, le personnel d’Air Algérie a du mal à calmer la colère. Sur les écrans, on peut juste lire que les vols sont retardés ou annulés. Sans plus d’informations. Hier, sur les 25 départs internationaux, seuls deux vols ont pu être assurés. Il s’agit du vol Alger- Roissy et Alger-Lille. En Revanche, les vols à destination de Moscou et de Djeddah ont été annulés.

Pas de vol d’Alger

«Nos vols sont toujours perturbés mais certains en partance d’Alger, de Sétif et d’Oran à destination de la France et de Londres ont pu être assurés», a affirmé à la radio algérienne, le directeur des opérations au sol d’Air Algérie Abdelhak Tobal, précisant que la compagnie tente d’affréter des vols pour mettre fin au calvaire des milliers de passagers bloqués dans les différents aéroports du pays. Au niveau de l’aéroport national, moins de monde mais aucun vol domestique n’a décollé. Les clients ont été fortement pénalisés. «Je ne savais pas qu’il y avait grève ! Oh Mon Dieu, que faire maintenant !». Nadia et sa sœur devaient se rendre à Oran et ignoraient qu’il n’y a pas de vol. Arrivées vers 16h30 à l’aéroport, elles sont revenues bredouilles. Un jeune agent tente de les calmer et leur conseille d’y aller par route. «Avec la nouvelle autoroute, c’est rapide», suggère-t-il. Tous les écrans affichent des retards. Installés dans les cafétérias ou affalés sur les sièges, certains ont préféré attendre. Un groupe d’ouvriers asiatiques, à même le sol, attend désespérément.

«Il se peut que des vols puissent décoller, on ne sait jamais. Je suis là, j’attends», confie Réda qui devait se rendre à Hassi Messaoud, il y travaille. Provoquée par la grève nationale et illimitée du personnel navigant de la compagnie, la situation risque de perdurer. Les mesures annoncées par le P-dg d’Air Algérie, Mohamed-Salah Boultif, n’ont pas calmé la colère des travailleurs qui exigent du concret. Les négociations entre les représentants des travailleurs et les responsables de l’administration se poursuivent. En fin d’après-midi, aucun accord n’avait encore été conclu entre les deux parties. Entamé lundi passé, le mouvement a sérieusement perturbé le trafic aérien. La revalorisation des salaires, l’amélioration des conditions socioprofessionnelles et l’élaboration d’un statut pour le personnel navigant sont les principales revendications.

Pour contacter Air Algérie de Lyon et obtenir des renseignements au : 04.78.42.64.95 ou 04.72.22.76.45

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 de 5)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom