Top

Une étude de l’Anses confirme nos mauvaises habitudes alimentaires

le 13 juillet 2017 à 13:53 

L’agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), continue la publication des résultats de sa troisième étude sur les consommations et les habitudes alimentaires de la population française, INCA 3. Soyons clair, pas de vraies révélations, mais des confirmations concernant surtout et hélas, de mauvaises habitudes et des pratiques pas toujours orthodoxes.

Cette étude nationale a mobilisé en 2014 et 2015, près de 200 enquêteurs pour questionner 5 800 personnes. Elle est la troisième, et dernière partie d’une vaste enquête sur les habitudes de consommation alimentaire de la population française, répartie sur six années. Elle nous apprend que Les Français consomment en moyenne 2,9 kg d’aliments chaque jour, soit environ 2200 kcal, dont 50 % de boissons.

Comme on peut s’y attendre, les hommes mangent plus que les femmes. Celles-ci privilégient yaourts, fromages blancs, compotes, volailles, soupes et boissons chaudes. Les hommes préfèrent, les produits céréaliers, le fromage, les viandes et charcuteries, ou encore les crèmes desserts. Cependant, les disparités sont aussi le fruit de l’âge, du sexe, du niveau d’étude ou encore de la région. Par exemple, les adultes (qui ont plus de temps) de 65 à 79 ans consomment plus d’aliments faits maison, les individus ayant un niveau d’étude supérieur ou égal à bac+4 davantage de fruits et deux fois moins de boissons rafraîchissantes sans alcool, et les habitants des grandes agglomérations consomment plus de poissons, de confiseries, de chocolat et des jus de fruits, que dans les zones rurales ou règne en maître la charcuterie et les fromages.

Il est possible de multiplier les disparités, mais plus généralement, l’Anses s’inquiète de la proportion toujours plus grande de produits transformés. Une utilisation pas toujours adéquate de compléments alimentaires, qui fournissent ce que l’on devrait déjà trouver dans une alimentation un tant soit peu équilibrée, et surtout encore trop de sel et surtout pas assez de fibres.

Au-delà des habitudes, il y a des pratiques pas saines, potentiellement plus à risques, comme une consommation croissante de denrées animales crues, des températures relevées dans les réfrigérateurs qui ne sont pas toujours adaptées, des dépassements plus fréquents des dates limites de consommation.

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

Enfin, pour la énième fois, il faut déplorer un niveau d’activité physique, largement insuffisant pour une grande partie de la population. Par exemple, le temps passé quotidiennement devant les écrans (hors temps de travail), qui ne cesse de croître, avec une augmentation moyenne sur les 7 dernières années de 20 minutes chez les enfants et d’1h20 chez les adultes.

Cette étude a été réalisée dans le cadre d’une procédure harmonisée au niveau européen. Ses travaux permettront de proposer des recommandations toujours plus en adéquation avec les pratiques des Français.

Crédit photo : gunger30

 

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom