Top

La mémoire de Mandela porte l’ANC en triomphe

le 14 mai 2014 à 14:05 

MandelaDepuis sa libération, Nelson Mandela incarne un rêve d’indépendance pour tout le peuple africain. De ses aventures rocambolesques, racontées dans le livre de Jean-Yves Ollivier, à la cérémonie d’hommages rendus en sa mémoire, Madiba est sans doute le dernier héros du XXème siècle, pour paraphraser le journaliste du Times, Bill Keller. Aujourd’hui, le souvenir du leader politique reste surtout le principal capital du parti dont il fut le fondateur, l’Africa National Congress (ANC)…

Après le film Plot for Peace, découvert cet été à l’occasion du festival des Hamptons, le livre Ni vu ni connu, de Jean-Yves Ollivier revient sur les différentes péripéties qui ont permis à Madiba, Nelson Mandela, de sortir de prison. De l’obtention de visa et des rencontres présidentielles, à l’échange de ressortissants étrangers à Maputo, tout devait être mis en œuvre pour sortir « le prisonnier qui peut enrayer la martingale de la haine, non seulement autour de l’Afrique du Sud, mais au pays de l’apartheid même ».

Comme l’écrit Bill Keller dans sa biographie sur le leader africain, l’idole du continent défend déjà à l’époque « l’idéal démocratique d’une société libre dans laquelle des gens vivent ensemble en harmonie et avec des droits égaux ». Elu président en 1994, il fut le fondateur historique du parti de l’ANC. Depuis les choses ont bien changé, en effet, alors que l’idéaliste avait quitté les responsabilités au terme de son premier mandat, « Jacob Zuma, qui sera élu par le Parlement et prêtera serment pour son second mandat le 24 mai, est, lui, considéré par une partie de sa formation politique comme un boulet pour l’avenir, compte tenu des scandales qui ont émaillé son premier mandat ».

Malgré cela, l’ANC est arrivée largement en tête des élections qui se sont tenues récemment malgré la situation sociale extrêmement difficile. Le paysage politique du pays reste donc largement marqué par le parti de l’ANC et de sa coalition (parti communiste SACP, et centrale syndicale). Malgré tout, de nouvelles formations émergent lentement, c’est notamment le cas de l’Alliance Démocratique (DA, libéral) qui a rassemblé plus de 22% des suffrages contre 16,9% en 2009. La chef du mouvement Hellen Zille devrait donc rester Premier Ministre, alors qu’elle occupe la direction de Le Cap, seule ville à échapper au contrôle de l’ANC. Par ailleurs, le jeune parti populiste les Combattants pour la liberté économique (EFF), de Julius Malema a obtenu 6,1% des voix tandis que le Parti Inkatha de la liberté (IFP) du leader zoulou Mangosuthu Buthelezi a rassemblé 2.3% des votes.

Enfin, la nouvelle intellectuelle entrée en politique, Mamphela Ramphele, a déjà annoncé son retrait de la vie politique après son échec face à la démocratie : 0,2% des suffrages. En effet, il est difficile de s’implanter dans l’opinion publique même lorsqu’on est très médiatique, sans ancrage territoriale. Actuellement, la population manifeste régulièrement pour « réclamer un accès à l’eau ou à l’électricité, dénoncer l’incurie des élus locaux ou réclamer des emplois » alors que la coalition au pouvoir a promis « six millions de chances d’emplois ».

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom