Top

Libye : Un mandat d’arrêt contre Kadhafi

le 17 mai 2011 à 9:26 

La Russie, qui n’a pas cessé de critiquer les «bombardements» de l’Otan, s’apprête à recevoir aujourd’hui, à Moscou des émissaires de Kadhafi et dans «un avenir proche» des rebelles de Benghazi.

Tripoli répète à qui veut l’entendre qu’il est prêt à un cessez-le-feu «immédiat» sous la supervision d’observateurs internationaux si l’Otan cessait ses frappes. Cette disponibilité a été réitérée à Adbel-Elah al-Khatib, l’envoyé spécial de l’ONU par Baghdadi Mahmoudi, le chef du gouvernement libyen et Abdelati Al-Obeidi, son ministre des Affaires étrangères, qui ont dénoncé les «assassinats politiques, le siège maritime injuste, le bombardement de sites civils et la destruction des infrastructures» et les milliers de morts et près d’un million de déplacés.

Ce triste tableau ne semble avoir aucun effet sur les «Occidentaux» et l’envoyé spécial de Ban Ki-moon. Les premiers demandent une «intensification des bombardements aériens» et un «élargissement des cibles» retenues, sinon «il y a un risque que Kadhafi se maintienne au pouvoir». Le second veut une chose : un accès de l’aide aux villes frappées par les forces loyales à Kadhafi.

Franco Frattini, le chef de la diplomatie italienne, affirme que les heures du régime libyen sont comptées. «Certains membres de l’entourage de Kadhafi commencent à dire que Kadhafi cherche une porte de sortie honorable», dit-il à la chaîne privée Canale 5. Révélation de taille du dirigeant du parti de Silvio Berlusconi : il travaillerait à «la constitution immédiate d’un gouvernement de réconciliation nationale associant des dirigeants de Tripoli qui ont déjà été choisis». Alain Juppé, son homologue français, estime, lui aussi, que le Guide libyen est «fini».

C’est dans cette ambiance faite de «certitudes» que Mme Catherine Ashton, la chef de la diplomatie de l’Union européenne, s’est rendue à Washington, pour des consultations avec Hillary Clinton et le conseiller du président Barack Obama pour la sécurité nationale, Tom Donilon sur la Libye et les stocks d’armes transférés dans la région du Sahel. Sur le plan judiciaire, le procureur de la Cour pénale internationale (Cpi), Luis Moreno-Ocampo a déposé, hier, une requête demandant aux juges de la CPI de délivrer un mandat d’arrêt contre le leader libyen, son fils Seif Al-Islam et le chef des services de renseignements, Abdallah Al-Senoussi, pour crimes contre l’humanité. La Russie qui n’a pas cessé de critiquer les «bombardements» de l’Otan s’apprête à recevoir aujourd’hui à Moscou des émissaires de Kadhafi et dans «un avenir proche» des rebelles de Benghazi.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

2 Réponses à “Libye : Un mandat d’arrêt contre Kadhafi”

  1. momotunien 17 mai 2011 18:23

    Gueddafi est un dictateur, soit comme beaucoup d’autres! Il doit être jugé mais par les libyens eux même ou à la limite par un tribunal arabe!
    Les autres occidentaux et américains n’ont pas le droit d’agir ; se taire serait plus honnête de leur part. ou étaient-il lors de l’attaque contre GHAZA alors q’il avait plus de mort que ceux tués par les régimes de Libye, de Ben Ali et de Moubarak réunis? Pourquoi l’ONU n’a pas chargé le tribunal de Laye de juger TSIVNI LEVNI et IHUD Barak ! Pourquoi il n’avait pas un tribunal international pour juger Georges BUSCH pour les deux millions d’irakiens tués lors d’une guerre injuste basée sur l’usage de faux, la fabrication de preuves et le mensonge! Assez les occidentaux ! Un peu d’humilité! Un peu de modestie avant que vos peuples ne vous lancent « dégage »
    Tous les membres de la CPI en plus du procureur général doivent faire l’objet d’un mandat d’arrêt international puis juger sévèrement pour abus du droit international, pour partialité et indifférence en vers des criminels notoires (Georges BUSCH, TSIVNI LEVNI, IHUD Barak, SIMON PERESE le bourreau de Gana au Liban). La justice doit être appliquée à tous les criminels par ordre d’antériorité sinon elle n’a plus de sens et se transforme en « justice sélective » donc criminelle.

  2. haroun 17 mai 2011 09:44

    Je trouve que le CPI va vite en besogne…et je n’attache aucune crédibilité à son indépendance…cette affaire libyenne pue le pétrole….et pourquoi le CPI ne comdamne-t-il pas ISRAEL et d’autres pays pour des crimes de guerre….le monde est régi par la loi du ou des plus forts…

    Si la Libye n’avait pas de pétrole, aurait-on eu le même intérêt et les mêmes attitudes ?

    Les libyens n’ont finalement pas de chance…ils ont du pétrole….

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom