Top

Refuser Linky, c’est refuser la transition énergétique

le 17 juillet 2017 à 17:20 

Refus Linky LhommeJour après jour, la fronde anti-Linky continue de protester contre le déploiement des compteurs communicants sur le territoire français. En refusant la mise en place de ces appareils — déjà généralisés dans plusieurs pays européens particulièrement en avance en matière d’énergies renouvelables —, le militant Stéphane Lhomme et ses disciples mettent à mal la transition énergétique dans l’Hexagone, et ce au risque d’accentuer le retard de la France par rapport à ses voisins européens.

La fronde anti-Linky freine la transition énergétique

Depuis décembre 2015, plus de 4 millions de compteurs Linky ont déjà été mis en service, sur les 35 millions qui équiperont les foyers français d’ici 2021. Et contrairement à ce que l’on pouvait croire, le déploiement des Linky n’est pas chose simple. En effet, depuis plusieurs mois, une fronde anti-Linky s’est constituée et entend bien stopper l’installation des compteurs communicants dans l’Hexagone.

Et en dépit des preuves de la «  malhonnêteté intellectuelle  » de son leader, Stéphane Lhomme, et malgré des arguments balayés les uns après les autres par les organismes publics et indépendants, les militants anti-Linky ont réussi à convaincre 300 maires ‒ soit un peu moins de 1 % des municipalités françaises ‒ de s’opposer à l’installation des appareils, alors même que celle-ci est prévue par la Loi sur la transition énergétique adoptée en août 2015.

Source d’économies avérées pour l’usager comme pour l’opérateur, Linky est aussi et surtout un outil innovant permettant de mieux maîtriser les ressources énergétiques du pays. En développant cette technologie «  smart grid  », Enedis favorise l’autoconsommation et répond ainsi aux «  attentes sociétales  » d’une population de plus en plus concernée par la transition énergétique.

Les foyers produisant leur propre électricité via des dispositifs fonctionnant à partir d’énergies renouvelables, principalement photovoltaïques, pourront, grâce au compteur Linky, être raccordés gratuitement au réseau électrique. C’est donc un fait. Le déploiement des Linky vise bien à encourager l’autoconsommation et augmenter la part d’électricité produite à partir d’énergies vertes.

Dans ce domaine, la France est déjà très en retard par rapport aux pays scandinaves notamment : avec 98 % de sa production électrique provenant de sources renouvelables (contre 19,1 % dans l’Hexagone), la Norvège a en commun avec la Suède, la Finlande et le Danemark le fait d’avoir adopté depuis plusieurs années déjà les compteurs communicants — d’ailleurs, dans un souci d’efficacité énergétique, la Suède s’apprête à entamer le déploiement d’une nouvelle génération de compteurs communicants…

Les compteurs communicants au service de l’environnement

En 2006, la société Eltel a débuté l’installation de ces appareils en Finlande, en Suède et au Danemark. En Suède toujours, les compteurs communicants sont l’un des piliers de la stratégie nationale dont l’objectif est d’atteindre les 50 % d’énergies renouvelables dans le mix énergétique du pays d’ici 2020. Mais pas que. La Suède entend également devenir le premier pays «  100 % sans pétrole  » à l’horizon 2020, et ce en grande partie grâce aux compteurs communicants.

Une enquête suédoise menée auprès des usagers a d’ailleurs démontré que ces derniers considéraient les changements induits dans leur consommation électrique comme étant des «  facteurs-clés pour améliorer leur rendement énergétique  ». Et selon une autre étude effectuée cette fois-ci en Grande-Bretagne (un des premiers pays à avoir adopté les compteurs communicants), les bénéfices de ces compteurs augmentent progressivement avec le temps. Ainsi, pour les usagers britanniques, la réduction moyenne sur la facture annuelle devrait passer de 15 à 53 euros entre 2016 et 2030, tandis qu’à l’échelle nationale, les économies totales se sont élevées à 16 milliards d’euros rien que sur l’année 2016.

En ralentissant l’avancée technologique incarnée par Linky, Stéphane Lhomme et ses fidèles freinent le développement des énergies renouvelables en France. Reniant, par la même occasion, la nécessité de préserver l’environnement. Ils participent ainsi à creuser l’écart entre l’Hexagone et les pays nordiques, véritables champions des renouvelables et qui ont débuté le déploiement des nouveaux compteurs depuis de nombreuses années. Par ailleurs, en 2011, dans le cadre d’une «  table ronde sur l’efficacité énergétique  », Nicolas Hulot, actuel ministre de la Transition écologique et solidaire et écologiste reconnu, préconisait déjà, une «  accélération de la diffusion des compteurs intelligents et communicants  ».

A. Bergeron

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 de 5)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom