Top

Libye: tirs intenses des forces de Kadhafi

le 18 avril 2011 à 11:34 

Les forces loyales au dirigeant libyen Maamar Kadhafi ont accentué les tirs à l’arme lourde contre les rebelles les pressant à se replier vers l’est du pays, au moment où les frappes de l’Otan se poursuivaient suscitant l’inquiétude internationale.

Dimanche, les forces libyennes du colonel Kadhafi se sont rapprochées de la ville d’Ajdabiya (est du pays) après avoir mené des tirs à l’artillerie lourde sur l’entrée ouest de cette ville repoussant ainsi les rebelles vers l’est du pays.

Néanmoins, les rebelles avaient affirmé la veille avoir progressé d’une quarantaine de kilomètres en direction de Brega, située à 80 km à l’est d’Ajdabiya, alors que se poursuivaient des raids aériens de la coalition étrangère conduite par l’Otan.

Cette dernière avait repris le 31 mars les rênes des opérations militaires contre le régime libyen, lancées le 19 mars par une coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni, qui s’était appuyée sur la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU.

Jeudi, les Etats-Unis ont refusé de revenir en première ligne en Libye, après avoir retiré leurs avions de combat des opérations.

Dimanche dans la matinée, les forces libyennes sont revenues à moins de 20 km d’Ajdabiya, en procédant à des tirs particulièrement intenses poussant certains rebelles ainsi que des habitants restés dans la ville à fuir par centaines, selon les médias.

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

« Les forces de Kadhafi bombardent la porte ouest depuis ce matin, ils se rapprochent, c’est pour ça que tous ceux qui restent s’en vont », a déclaré à la presse, Omar Salim Mufta, un habitant de la ville.

Au moment où les combats se poursuivent sur fond de bombardements de l’Otan, le flux des réfugiés dans le poste frontalier de Ras Jédir, par lequel ont transité plus 200 milles déplacés de différentes nationalités, a remarquablement régressé vers la Tunisie pour augmenter en direction de Libye, selon des agences.

Par ailleurs, une dizaine de milliers de migrants, notamment égyptiens et nigériens, attendent toujours leur évacuation dans un camp de fortune installé près du port de Misrata, dans des conditions particulièrement précaires, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Face à cette situation humanitaire critique, les Nations unies ont appelé la communauté internationale à se mobiliser afin de lui permettre de mener à bien ses opérations d’aide en Libye. Dans ce contexte, le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) a lancé un appel de fond de 68,5 millions de dollars pour couvrir trois à quatre mois d’aide d’urgence mais n’a reçu jusqu’à présent que 39,4 millions qui ont déjà été entièrement dépensés.

Dans ce climat de haute tension, les appels internationaux se poursuivent en faveur d’un « cessez-le -feu » dénonçant une intervention militaire étrangère en Libye. Dans ce sens, le président ougandais Yoweri Museveni a souligné samedi que l’Afrique ne pouvait pas supporter une intervention militaire continue sur le continent africain, en citant les frappes aériennes contre la Libye par les puissances occidentales et l’intervention de la France en Côte d’Ivoire.

« L’intervention des troupes étrangères en Afrique sans autorisation de l’Union africaine est inacceptable », a souligné le président Museveni, ajoutant que l’intervention étrangère sur le continent africain « est un nouveau phénomène qui doit être examiné par les dirigeants africains ».

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 de 5)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom