Top

Ziad Takieddine : Jean-François Copé, ami d’un… marchand d’armes !

le 18 juillet 2011 à 14:22 

Ziad Takieddine le financier du clan Sarkozy

Le site indépendant «Mediapart» révèle, il y a quelques jours, les relations très étroites entre Ziad Takieddine marchand d’armes franco-libanais, et des personnages-clés de l’UMP, parti de la majorité présidentielle en France, dont son secrétaire général Jean-François Copé, qui pour rappel a été reçu le 11 juillet dernier par les plus hautes autorités de l’Etat algérien.

Révélation avec photos à l’appui, le journal «Mediapart » met au jour les relations entre des hommes politiques proches du président français et le sulfureux marchand d’armes Ziad Takieddine. Un homme qui barbote dans une piscine, que l’on retrouve avec la panoplie du parfait touriste sac à dos, casquette et appareil photo autour du cou dans des ruines au Liban. Une autre photo en bermuda quadrillé et chaussures bateaux sur un port. Bref, de très classiques photos de vacances, rien de surprenant en cette période estivale. A priori. Sauf lorsque les vacanciers en question sont des hommes politiques de premier plan, Jean-François Copé et Brice Hortefeux qui il y a quelques semaines encore était ministre de l’Intérieur, et qu’ils se font immortaliser en compagnie du plus sulfureux marchand d’armes du moment.

Ces photos ainsi que des documents bancaires prouveraient, selon Médiapart, la proximité des proches du président français avec Ziad Takieddine. Cet homme d’affaires francolibanais de 61 ans est le principal suspect dans le volet financier de l’affaire dite de Karachi. En 2002, un attentat dans la ville pakistanaise de Karachi avait fait 15 morts dont 11 salariés de la Direction française des constructions navales (DCN) travaillant sur le contrat de vente de sous-marins au Pakistan. Des juges d’instruction français enquêtent sur d’éventuelles malversations financières en marge de ce contrat ainsi que sur celles relatives à un autre portant sur la vente de frégates à l’Arabie Saoudite en 1994.

«Un conseiller occulte» de Sarkozy nommé Ziad Takieddine

A chaque fois, Ziad Takieddine est présenté par plusieurs anciens responsables de la DCN comme un intermédiaire imposé par le gouvernement français dirigé par Edouard Balladur. Du coup, Ziad Takieddine — qui dément être intervenu dans le contrat pakistanais mais reconnaît avoir joué un rôle dans le contrat saoudien — est soupçonné d’être la figure centrale de la filière de rétrocommissions (une partie des commissions versées à des chefs militaires pakistanais est revenue en France) occultes mise en place pour financer la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995. Aussi, la parution de l’enquête de Mediapart fait-elle désordre. Car le site d’information démontre «des liens jusqu’ici insoupçonnés de l’homme d’affaires franco-libanais avec le premier cercle du chef de l’Etat français ».

Mediapart affirme même que Ziad Takieddine «est devenu à partir de 2002 un conseiller occulte et financier de l’ombre au cœur du sarkozysme». Les preuves ? Les liens étroits du marchand d’armes avec l’ancien ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux, avec l’actuel secrétaire général de l’UMP et ex-ministre du Budget, Jean-François Copé, et d’autres proches du président Sarkozy. Selon le site, Takieddine a pris en charge plusieurs voyages de M. Copé et son épouse, notamment au Liban en octobre 2003, lorsque l’actuel patron de l’UMP était secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement. Mediapart évoque également un «avoir de la famille Copé» dans les comptes de l’intermédiaire, où apparaît également le nom de Pierre Charon, un proche de Nicolas Sarkozy.

75 millions de dollars sur son «compte secret»

Parmi les révélations de Mediapart : un document de la Banque de la Méditerranée, qui, de Beyrouth, écrit à Takieddine en 1997 pour lui faire part que l’établissement crédite 75 millions de dollars américains sur son «compte secret». Un tableau analytique des dépenses de l’homme d’affaires franco-libanais et sa colonne intitulée «paiements secrets» qui totalise près de 12 millions d’euros, en provenance de comptes offshore (dans des paradis fiscaux). La parution de l’article de Mediapart a immédiatement suscité des réactions. Olivier Morice, l’avocat des familles de victimes françaises de l’attentat de Karachi, a demandé l’audition de Jean-François Copé et de Brice Hortefeux. Du côté des mis en cause, on minimise. Hortefeux a reconnu être allé «une ou deux fois chez lui» (Ziad Takieddine).

Documents - Banque méditérannée - Jean-François Copé © Médiapart

«Jean-François Copé n’a jamais caché sa relation amicale avec M. Takieddine», réagit-on dans l’entourage du patron de l’UMP. «Oui, ils ont eu à plusieurs reprises l’occasion de partir en vacances ensemble dans le cadre d’une relation strictement amicale » et «sans aucun lien avec les fonctions électives ou ministérielles » de Copé. Interrogée, la présidence française n’avait «aucun commentaire» à faire sur l’article de Mediapart. «Nous ne sommes pas concernés », a laissé tomber un proche du président Sarkozy.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 votes, moyenne: 5,00 de 5)
Loading...

Une réponse à “Ziad Takieddine : Jean-François Copé, ami d’un… marchand d’armes !”

  1. Pinnokio 18 juillet 2011 17:30

    Jean-François Copé prend les français pour des idiots

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom