Top

Syrie: Le régime dénonce une rébellion armée

le 19 avril 2011 à 15:56 

Le ministère syrien de l’Intérieur a dénoncé «une rébellion armée» qui nuit à la sécurité de la Syrie et qu’il faut réprimer, dans un communiqué publié hier soir.

«Les événements dans certains gouvernorats, notamment à Homs (centre), et à Banias (nord-ouest), où des soldats, des policiers et des civils ont été tués et des biens publics et privés détruits, montrent qu’il s’agit d’une rébellion armée de groupes salafistes», a affirmé le ministère dans un communiqué publié par l’agence Sana.

«Nous n’allons pas tolérer les activités terroristes de ces groupes armés qui portent atteinte à la sécurité des citoyens et les terrifient. Nous allons imposer avec fermeté la sécurité et la stabilité dans tout le pays en poursuivant les terroristes où qu’ils se trouvent pour les traduire devant la justice», ajoute le ministère. «Les agissements de ces groupes armés sont des crimes crapuleux punis par la loi, visant à détruire, à assassiner et à semer la confusion parmi les habitants et à les terrifier, en profitant des réformes annoncées par le Président Bachar al-Assad», ajoute le communiqué.

Le ministère a enfin appelé les citoyens à «révéler les lieux où se trouvent les terroristes et les suspects et à ne pas leur permettre de s’infiltrer parmi eux». Ce mardi matin, les forces de sécurité ont dispersé par la force un sit-in de milliers de personnes, organisé à Homs, dans le centre de la Syrie, pour réclamer la chute du régime, ont indiqué ce mardi à l’AFP des militants des droits de l’homme, en faisant état de «tirs nourris».

Le sit-in, qui avait été lancé lundi soir, «a été dispersé par la force. Il y a eu des tirs nourris», a indiqué une militante des droits de l’homme, à Damas, qui n’était pas en mesure de préciser s’il y avait des blessés. Hier soir, un militant des droits de l’homme avait annoncé le début de ce sit-in, indiquant qu’il devait se poursuivre jusqu’à la chute du régime de Bachar al-Assad. «Plus de 20 000 personnes participent au sit-in sur la place al-Saa (Horloge) que nous avons rebaptisée place Al-Tahrir en référence à celle du Caire», a déclaré à l’AFP Najati Tayyara.

Les manifestants ont érigé des tentes sur la place et y ont apporté de la nourriture, selon lui. Parmi les slogans scandés, on pouvait entendre : «Sit-in, sit-in jusqu’à la chute du régime» et «Liberté, liberté», a dit M. Tayyara. «C’est un sit-in ouvert qui se poursuivra jusqu’à ce que nos revendications soient satisfaites», à savoir les libertés, la libération des détenus et la fin des arrestations.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom