Top

Syrie : Washington se cache t-elle derrière l’opposition ?

le 19 avril 2011 à 8:52 

Bachar al Assad ne pouvait mieux espérer. Un cadeau du ciel, dira-t-on, pour le régime syrien qui voit dans la contestation populaire qui secoue le pays depuis plus d’un moins, les mains «conspiratrices» des Etats-Unis et d’Israël.

Selon le Washington Post, citant un câble de Wikileaks, les Etats-Unis ont financé en secret des groupes de l’opposition et une chaîne Barada TV (créée en 2009 à Londres) proche des exilés du Mouvement pour la justice et le développement. Le Département d’Etat, poursuit le quotidien, a financé ce mouvement à hauteur de 6 millions de dollars depuis 2006 et l’administration américaine a pris en charge d’autres figures anti-régime, sous la présidence de George W. Bush quand ce dernier a rompu ses relations avec Damas en 2005.

Les financements ont perduré avec le président Barack Obama, même si le journal n’avance pas davantage de détails. Voilà donc un argument massue qui conforte et accrédite à la fois la position du président syrien vis-à-vis d’une opposition qui néanmoins gagne en influence et en terrain. D’où le durcissement de ses positions politiques, et son appel, une première depuis le début des manifestations pour la « démocratie », à la « chute du régime ».

Le mouvement s’est amplifié encore hier lors des manifestations de milliers de personnes dans plusieurs villes, au lendemain de la mort de 11 manifestants tués par les forces de sécurité dans la région de Homs, selon des militants des droits de l’homme. Les opposants et la rue jugent insuffisante la promesse du président al Assad d’abroger dans les prochains jours la loi d’urgence, en vigueur depuis cinq décennies. Ils appellent au multipartisme et à la libération des détenus politiques. La France, par la voix de son ministère des Affaires étrangères, affirme attendre une mise en œuvre effective débouchant sur la fin de la répression.

«Nous avons relevé avec intérêt dans le discours du président Bachar al Assad notamment l’annonce qu’il a faite d’une levée de l’état d’urgence avant la fin de cette semaine », a affirmé lors d’un point de presse le porte-parole du Quai d’Orsay, Bernard Valero.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

2 Réponses à “Syrie : Washington se cache t-elle derrière l’opposition ?”

  1. Sham 22 avril 2011 08:20

    Oui c’est vrai, ils sont nul ses dictateurs arabes, ils ne comprennent pas que les états unis ou les occidentaux ne veulent que le bien des peuples arabes! exemple : le boycott sur l’Irak à partir de 92 jusqu’a à la guerre en 2003 c’était pour leur bien, les quelques 500 000 enfants irakiens mort par ce que l’embargo empéché la vente de lait infantile à l’Irak c’était pour éviter que Saddam Hussein n’utilise le lait dans ses bombes ! les quelques centaines de mort en Irak depuis le début de la guerre en 2003 ils sont mort pour la démocratisation de l’Irak et non pas à cause des tirs « amis » états uniens ! et maintenant l’Irak est tellement démocratisé que les gens regrette l’époque de Saddam ! les ingrats ! et je ne parle pas non plus du fait que Gaza est sous boycotte, de la guerre contre eux en 2008-2009 de la guerre contre les libanais en 2006! on est vraiment des imbéciles de ne pas croire que les états unis ne sont pas la par interets mais pour être les sauveurs du pétrole et du gaz …oups pardon les sauveurs des peuples….on le voit à Barhein d’ailleurs ou tout le monde s’en fiche des 250 disparues et de l’entrée de l’armée de l’arabie saoudite pour mater la révolution !

  2. zitouni 21 avril 2011 01:46

    Les chefs d’état arabes ont toujours cette manie de dénoncer « une main étrangère » ou des clans d’un pays qui s’es consitué pour nuire à la souverraineté de la nation.

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom