Top

Les mystères du Vatican, l’enquête se poursuit

le 19 juin 2012 à 8:44 

Digne d’un roman de Dan Brown, le scandale des fuites au cœur du Vatican, renommé Vatileaks, suit son cours. Benoît XVI a reçu ce week-end la commission d’enquête formée par trois cardinaux à la retraite dont la mission est d’apporter des réponses dans cette affaire quelque peu dérangeante pour le Souverain pontife.

Rebondissement dans le scandale du Vatican, c’est la première fois depuis l’arrestation du majordome Paolo Gabriele, le 23 mai dernier, qu’un tel entretien se déroule. La commission spéciale d’enquête composée des cardinaux espagnols Julian Herranz, slovaque Jozef Tomko et italien Salvatore De Giorgi, a presque carte blanche pour mettre un peu de lumière et peut ainsi interroger la totalité du personnel qui travaille au Vatican, soit près de 5000 personnes. La Commission est la seule à pouvoir interroger d’autres cardinaux.

Depuis que le scandale a éclaté et permis la diffusion de centaines de documents à la presse italienne, le Saint Siège a été profondément bouleversé par ces révélations, ce qui a rapidement installé un climat de doutes et de suspicion au sein du Vatican. Actuellement le majordome semble être le seul suspect sérieux à avoir été arrêté.  Il aurait pris la correspondance du Pape sur le bureau du secrétaire particulier de Benoît XVI, Mgr Georg Gänswein, et l’aurait photocopiée pour la transmettre à l’extérieur ou à un complice à l’intérieur du Vatican.

Les documents subtilisés, tirés notamment de la correspondance privée de Benoît XVI, sont révélateurs, en plus de débats internes et de sujets sensibles, des négociations entre Rome et « ses » intégristes, des scandales sexuels chez les Légionnaires du Christ, et surtout, sur le terrain financier, de la situation fiscale du Vatican, de la gestion des instituts catholiques et autres affaires de contrats truqués.

Ainsi, si Paolo Gabriele était retenu coupable, il pourrait risquer jusqu’à trente ans d’emprisonnement. Une peine qui sanctionnerait un acte de trahison impardonnable au sein du Vatican, venant d’un proche qui quelques mois plutôt servait ses repas au Souverain pontife et l’aidait à s’habiller. Un scandale qui va sans doute accroitre la méfiance au Saint siège et diffuser un climat de suspicion pendant encore quelque temps.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom