Top

Meeting à Marseille : Nicolas Sarkozy s’attaque à Hollande

le 20 février 2012 à 17:57 

Le président s’est attaché hier à peaufiner une image de candidat du «peuple», protecteur face à la crise, et défenseur des valeurs identitaires, tout en poursuivant son matraquage contre son rival socialiste François Hollande.

Devant quelque 10 000 sympathisants brandissant des drapeaux tricolores dans une vaste salle d’un parc de Marseille (sud-est), le candidat de la droite a commencé par dire qu’il était «venu parler de la France».

«Jeune, j’ai aimé la France, beaucoup dans ma famille venaient de loin», a déclaré le président d’origine hongroise sur le ton de la confidence avant de retrouver un ton nettement plus agressif contre son adversaire socialiste, donné vainqueur dans les sondages à deux mois du premier tour.

«Je veux être le candidat du peuple de France. Je ne serai pas le candidat d’une petite élite contre le peuple», a-t-il lancé, défendant ainsi le référendum auquel il veut recourir notamment sur «le contentieux de l’immigration» et «la formation des chômeurs».

Il a expliqué s’adresser à ceux qui pensent que se «tourner vers le peuple, c’est du populisme, parce qu’au fond d’eux-mêmes ils trouvent que le peuple n’est pas assez raisonnable, pas assez intelligent pour qu’on lui demande son avis». Dès jeudi à Annecy (est), lors de son premier meeting, Nicolas Sarkozy s’était présenté en défenseur du «peuple» face à «l’entre-soi des élites», s’attirant des railleries de l’opposition, qui n’avait pas manqué de rappeler l’image d’un président fêtant sa victoire de 2007 au Fouquet’s, restaurant chic des Champs-Elysées, ou adoptant comme première grande réforme un «bouclier fiscal» protecteur «pour les riches».

Sans le nommer, le président français s’en est pris violemment à François Hollande, l’accusant à nouveau de ne pas «dire la vérité», d’être libéral ou socialiste au gré des circonstances, de faire «semblant d’être Thatcher à Londres et Mitterrand à Paris». Lundi dans des propos au journal britannique The Guardian, François Hollande avait tenté de tempérer les craintes de la finance à son égard, affirmant que la gauche au pouvoir en France avait libéralisé l’économie, alors qu’il avait désigné, quelques jours auparavant, le «monde de la finance» comme son «seul adversaire».

A Marseille, ville cosmopolite et terre d’immigration, fortement touchée par un chômage galopant, Nicolas Sarkozy a une fois encore dramatisé la situation, affirmant que la France touchée par la crise de 2008 avait «échappé à une catastrophe». Il a réaffirmé l’ancrage à droite de sa campagne, défendant les valeurs identitaires de la France et agitant le spectre d’une dérive communautariste pour justifier son opposition au vote des étrangers (hors UE) aux élections locales – alors qu’il y était favorable il y a quelques années.

«Quand on aime la France, on ne réduit pas la nationalité française à une adresse et on ne prend pas le risque du vote communautaire qui ferait peser sur les élus locaux une pression communautariste immense et voler en éclat notre pacte républicain», a-t-il lancé, visant une fois encore M. Hollande, favorable au vote des étrangers non communautaires aux scrutins locaux.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom