Top

L’utilisation de gaz sarin en Syrie se confirme

le 20 avril 2017 à 6:56 

L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), a confirmé que du gaz sarin ou une substance similaire avait été utilisée lors d’une attaque chimique présumée en Syrie début avril. Cette annonce, fait suite à divers tests sur des prélèvements réalisés sur dix victimes de l’attaque sur Khan Cheikhoun (nord-ouest), qui a fait 87 morts le 4 avril. Ces prélèvements ont été analysés dans quatre laboratoires.

Cette confirmation, ne fait qu’un peu plus lever les derniers doutes sur les responsabilités concernant cet acte horrible. Comme pour enfoncer le clou, la France, par l’intermédiaire de son chef de la diplomatie Jean-Marc Ayrault, a fait savoir que « dans quelques jours », la France apportera « la preuve que le régime syrien a bien organisé la frappe chimique » sur Khan Cheikhoun

« Ma conviction, et c’est aussi la conviction de nos services, c’est que c’est le régime qui a la responsabilité » de cette attaque a conclu Jean-Marc Ayrault. De son côté, fort de ces constatations, l’OIAC va poursuivre son enquête, car elle a estimé la semaine dernière que la réalité de l’attaque chimique était une « allégation crédible ».

Tout ceci arrive en contre-point d’une séquence durant laquelle le président syrien Bachar el-Assad a largement démenti sa responsabilité dans l’attaque présumée. Il explique la présence de gaz par le bombardement d’une cache secrète de l’opposition contenant ces armes chimiques. Il soutient donc, que les rebelles possèdent des armes sur le sol syrien alors que lui-même affirme ne plus en posséder depuis 2013, date des contrôles de la même OIAC.

Le président syrien Bachar el-Assad ne s’arrête pas là, et ne fait pas que démentir. Avec l’appui de Moscou, il accuse les pays occidentaux d’avoir « monté toute cette histoire pour servir de prétexte », et justifier plus facilement les frappes américaines menées le 7 avril, en représailles à l’attaque de Khan Cheikhoun.

Il faudra certainement des preuves vraiment très solides pour convaincre les alliés de Bachar el-Assad de son implication dans cette attaque terrible, car le dirigeant syrien n’est pas près de lâcher du lest.

Crédit photo : thierry ehrmann

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom