Top

Algérie : Quels débats pour les candidats aux législatives 2012 ?

le 21 mars 2012 à 6:23 

Comme chaque campagne des législatives, les grands thèmes majeurs de la politique reviennent au centre des débats, à savoir les problèmes de la jeunesse, chômage, développement local, éducation… A moins d’un mois du début de la campagne électorale qui débutera le 15 avril, les partis politiques en lice pour les législatives ont du grain à moudre durant cette période qui s’étalera sur 20 jours.

Quel sera le principal thème de campagne ?

Cette campagne s’annonce rude et houleuse, compte tenu du nombre des partis politiques à cette course pour les 462 sièges du Parlement. A chacun sa stratégie et son thème de campagne qui interviendra dans un période particulière. Particulière, parce que l’Algérie s’apprête cette année à célébrer le cinquantenaire de l’Indépendance. Un événement historique que les candidats mettront à profit en «jouant» sur la fibre nationaliste des Algériens qui sont courtisés pour ce scrutin législatif.

Autre thème de campagne, la jeunesse qui, à la vielle de la célébration du 50e anniversaire de la fête de l’indépendance et de la jeunesse fera largement l’objet de débats de tous les partis, y compris ceux nouvellement agréés qui ont rejoint la scène politique. Les islamistes, eux, auront certainement comme thème de campagne la lutte contre les maux de la société, notamment la fraude et la corruption, devenues le cheval de bataille de ce courant politique qui, désormais, est réuni sous un pôle dénommé «l’Alliance de l’Algérie verte», composé de trois partis politiques d’obédience islamique, à savoir le MSP, El Islah et En-Nahda.

À juste titre, ces trois partis qui forment l’Alliance verte ont avant-hier brandi la menace de se retirer des élections législatives avant la date du scrutin, 10 mai, dans le cas où il y aurait preuves concrètes de fraude. Du reste, les autres partis préparent leurs thèmes de campagne qui seront inspirés à la lumière des donnes politiques actuelles et les conflits qui ont éclaté à la veille de cette campagne. Là aussi, comme il faut s’y attendre, certains leaders et chefs de partis politiques croiseront le fer les uns avec les autres.

A titre d’exemple, le Premier ministre s’est attiré les foudres de toutes parts. Après le leader du MPS Bouguerra Soltani, c’est au tour de Fatah Rebei du parti En-Nahda d’ouvrir le feu sur Ouyahia, lui reprochant d’utiliser sa casquette de Premier ministre dans ses activités partisanes. Le secrétaire général du RND sera la cible des islamistes. Il importe de souligner que la campagne électorale des élections législatives débutera dimanche 15 avril et prendra fin le 6 mai prochain. La loi organique précise que la campagne est déclarée ouverte 25 jours avant la date du scrutin et s’achève trois jours avant la date du scrutin. Il y est également indiqué que nul ne peut, par quelque moyen et sous quelque forme que ce soit, faire une campagne en dehors de la période prévue à l’article 188 de la présente loi organique.

Le texte enjoint aux candidats de ne pas utiliser des langues étrangères, ajoutant que tout dépôt de candidature doit être accompagné du programme électoral que ces derniers doivent respecter. Les candidats indépendants regroupés de leur propre initiative bénéficient, quant à eux, des dispositions prévues dans le même texte dans les mêmes conditions. Enfin, la nouvelle loi définit également les surfaces publiques réservées à l’affichage des candidatures de manière équitable.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom