Top

Le « plus important », l’équilibre financier de la compagnie d’Air Algérie

le 21 juillet 2011 à 16:37 

Le « plus important » dans les négociations entre la direction d’Air Algérie et le collectif du personnel naviguant commercial (PNC) est la préservation de l’équilibre financier de la compagnie, a affirmé mercredi son P-DG, Mohamed-Salah Boultif, qui a réitéré que la proposition d’augmentation de 20 % des salaires de l’ensemble des personnels est « très raisonnable ».

« Le plus important pour moi, c’est de maintenir l’équilibre financier de l’entreprise. Je ne peux pas donner à une catégorie déterminée une augmentation salariale supérieure à celle d’une autre catégorie de travailleurs », a souligné M. Boultif à la veille de la reprise jeudi des négociations entre la direction d’Air Algérie et le collectif du PNC.

« Sinon, ça va flamber », a-t-il mis en garde en allusion à l’effet de contagion que pourraient provoquer des hausses des salaires « inégales » des personnels d’Air Algérie.

Il a mis en avant, dans ce contexte, les possibilités financières de la compagnie, le problème de sureffectif qu’elle connaît (9.400 employés) et la baisse du trafic aérien.

« Une augmentation de 20 % des salaires de base de l’ensemble des personnels est très raisonnable », a estimé le P-DG de la compagnie nationale de navigation aérienne, ajoutant que d’ici à la fin de l’année se poursuivra la refonte des statuts des personnels et la hiérarchisation des salaires, selon des ratios internationaux, qui pourrait se traduire également par des augmentations.

« Nous allons revoir le système des salaires en le comparant à ceux de compagnies de la dimension d’Air Algérie », a-t-il dit.

Il a rappelé aussi que la prochaine tripartite pourrait donner lieu à une augmentation du SNMG qui se répercutera sur les salaires de base. Sur les revendications soulevées par le collectif du PNC (plus de 900 employés), il a rappelé qu’il réclame une augmentations de 106 % sur le salaire de base. A ce propos, il a relevé que les indemnités pour les personnels de la compagnie sont « plus importantes que le salaire de base ». « Si on applique un pourcentage de 106 %, l’augmentation atteindrait 300 % », a-t-il précisé.

Après avoir rappelé que la direction d’Air Algérie a accepté la revendication relative à l’amélioration des conditions de travail, il a en revanche noté que celle concernant la création d’une direction autonome pour le PNC (stewards, hôtesses de l’air) était « irrecevable ». Les personnels navigant dépendent de la direction des opérations aériennes et la création d’une direction distincte « risquerait d’engendrer des situations conflictuelles ». « D’ailleurs, un tel cas de figure n’est observé dans le règlement d’aucune compagnie aérienne », a-t-il indiqué.

Selon les règles établies par l’OACI (Organisation de l’aviation civile internationale), à l’intérieur d’un aéronef, le commandant de bord est le seul patron. « Un steward ne peut pas dire au commandant, je ne dépends pas de vous », a souligné Boultif, expliquant que « cela est important même sur le plan de la sécurité ».

Le P-DG d’Air Algérie a estimé tout aussi « irrecevable » la demande du collectif du PNC qu’il soit payé sur la base du référentiel appliqué aux pilotes.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 de 5)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom