Top

Elysée: Petits et grands secrets des hommes et femmes politiques

le 22 avril 2011 à 13:25 

Lorsque le palais de l’Elysée se vidait de tous les fonctionnaires, cuisiniers et autres chambellans, le chef de l’Etat prenait dans le parc un véhicule banalisé.

Nous connaissons généralement les hommes et les femmes politiques par leur engagement, leur projet de société et leur position par rapport à tel ou tel événement. Nous connaissons souvent le contenu de leurs discours, leurs idées… Nous connaissons leurs alliances stratégiques, parfois leur lâcheté et quelquefois l’ambiguïté de leur démarche en vue d’arriver au pouvoir. Nous connaissons enfin leur double langage, leur connivence tactique et leur rapprochement politique contre nature soit le degré de leur compromission.

Ils ne sont pas exonérés de la condition d’hommes et de femmes qui est leur lot… Prenez l’exemple de John Kennedy. Il est à 43 ans le plus jeune Président des Etats-Unis. Sa fougue apporte un nouveau look et un nouveau souffle à la Maison-Blanche. Sa femme Jackie, «une Française née Bouvier», est considérée à l’époque comme l’une des femmes les plus gracieuses au monde.
Son charme naturel agit tellement sur les foules que lorsqu’elle débarquera à Paris avec son mari, ce dernier pince-sans-rire dira aux journalistes : «Je suis celui qui accompagne Jackie.»

Cela n’empêchera pas l’homme le plus puissant de la planète de recevoir discrètement à la Maison-Blanche toutes ses maîtresses dont la plus célèbre était Marylin Monroe. Veuve de John assassiné à Dallas, Jackie se consolera, selon des journalistes très au fait des cancans et des potins de Washington, dans les bras de son propre beau-frère Ted Kennedy.

Le Président Giscard d’Estaing qui a le sens des convenances et un grand respect pour sa femme Anne-Aymone qu’il vouvoie en public et en privé, a, semble-t-il, multiplié les aventures. Aujourd’hui qu’il n’est plus en poste et que les langues se sont déliées, le stratagème, explique-t-on, du Président était simple et bien rodé à partir de 20h, lorsque le palais de l’Elysée se vidait de tous les fonctionnaires, cuisiniers et autres chambellans, le chef de l’Etat prenait dans le parc un véhicule banalisé.

Il laissait au service de sécurité un numéro de téléphone où il pouvait le joindre en cas de nécessité et partait tout seul ; sans chauffeur et sans garde du corps à Paris. Personne ne saura quoi que ce soit et le secret restera bien gardé. Jusqu’au jour où des policiers, au cours d’un banal accident de voiture, découvriront le Président derrière son volant, gêné de se retrouver à pareille heure au beau milieu d’un carambolage en Angleterre.

On ne fait pas mieux dans le scandale et la presse people n’est généralement pas tendre pour ce genre d’écarts qui touche les sujets les plus respectés du royaume.

Il y a une quarantaine d’années, le ministre britannique de la Défense a été obligé de démissionner, car les confidences qu’ils faisaient sur l’oreiller à sa call-girl attitrée étaient transmises et exploitées au KGB soviétique. Une princesse qui voulait monnayer son intervention auprès de la cour, a été piégée par une caméra cachée et donnée en pâture aux médias.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 votes, moyenne: 5,00 de 5)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom