Top

François Hollande : Un grand meeting tant attendu pour la gauche

le 23 janvier 2012 à 5:55 

Si les chances de la gauche d’accéder à l’Élysée en mai prochain sont assez fortes, il n’en demeure pas moins que des querelles internes se font ressentir et qu’elles peuvent interpeller les votants potentiels.

Les désaccords entre les différentes mouvances au sein de la gauche n’ont rien de nouveau, mais certains avaient espéré notamment au PS que le temps de la campagne serait également celui d’une trêve bienvenue. C’est ainsi que le candidat du Front de gauche à l’Élysée, Jean-Luc Mélenchon, lui-même ex-ministre socialiste, a accusé cette semaine François Hollande et le PS de reproduire les erreurs de la campagne de Lionel Jospin en 2002 en tablant uniquement sur un rejet de Nicolas Sarkozy et en entretenant un flou dans les propositions. «Pour la première fois, vous avez une élection dans laquelle le candidat du PS n’a strictement rien à proposer au grand nombre. Rien», déplore Jean-Luc Mélenchon.

Selon lui, François Hollande et le PS «sont repartis sur les schémas de campagne de Lionel Jospin : ils pensent que Sarkozy est battu d’avance et qu’il ne faut rien dire qui empêche des centristes, ou certains électeurs de droite, de voter pour eux». «Peut-être Sarkozy est-il battu d’avance, je ne sais pas. Mais ce qui est une erreur pour un pouvoir de gauche, c’est d’affronter une crise du capitalisme sans rien construire d’idéologique», ajoute l’ancien membre de cabinet de Lionel Jospin. Et si il est vrai que le candidat socialiste semble plus enclin à surfer sur la vague anti-Sarkozy qu’à proposer un vrai programme, peut-être cette stratégie sera-t-elle payante.

Après tout la situation de Sarkozy n’est pas la même que celle de Jacques Chirac en 2002. Le rejet par les Français de l’actuel chef de l’État atteint des niveaux encore inégalés et incomparables avec n’importe quel précédent président. Par ailleurs, le bilan lui-même de Sarkozy est particulièrement catastrophique et il ne se passe pus un mois sans qu’une nouvelle «affaire» liée à son mandat ne vienne défrayer la chronique.

Certes, depuis quelques semaines les sondages d’opinions semblent un peu plus cléments avec lui, mais cela est vrai seulement s’il en prend en compte son incroyable impopularité de départ. Reste qu’à quatre mois de l’échéance électorale, tous les moyens pour chaque candidat doivent être déployés pour être certain d’apparaître au moins au second tour et pour y arriver un programme consistant et crédible, c’est certain, ne serait pas de trop.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 de 5)
Loading...

2 Réponses à “François Hollande : Un grand meeting tant attendu pour la gauche”

  1. gregoguerreiro 23 janvier 2012 15:27

    1. Je n’aime pas qu’on me tutoie. Soit fausse proximité (démagogique) soit condescendant. L’un l’excluant pas l’autre, bien évidemment.
    2. Un meeting qui s’est fait attendre, et qui aura du mal, malgré la forte mobilisation de moyens, à masquer le caractère velléitaire du candidat et du parti qui le soutient.
    3. 10000 avec grand renfort de spectacle, débauche de moyens, mobilisation (sans enthousiasme) des militants, et dans la région parisienne, cela n’a rien d’un exploit. En revanche, 6000 à Nantes pour le FdG, compte tenu des moyens, du lieu, et de la faible base militante, ça c’est très significatif.
    La preuve que ce signe est pris au sérieux par l’équipe d’apparatchiks du PS, c’est qu’à reculons et les pas de deux en direction du centre, ils sont obligé de gauchir leur discours avec des éléments de langage venus du FdG (hommage bien involontaire et qui ne trompera que ceux qui veulent bien l’être).

  2. stepbystep 23 janvier 2012 09:02

    Mélenchon a tout dit : Jospin parle à travers Hollande d’un programme plein de vide.
    Pour que la gauche reprenne son sens, votons Front de Gauche !

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom