Top

Yémen : Le clash entre le président Saleh et l’opposition

le 23 mai 2011 à 15:14 

Le Président yéménite Ali Abdallah Saleh a refusé, hier, de signer un accord sur la transition et menacé d’une guerre civile, amenant les monarchies du Golfe à suspendre leur médiation.

M. Saleh a mis en garde l’opposition contre une «guerre civile», multipliant les conditions pour signer l’accord de sortie de crise élaboré par le Conseil de coopération du Golfe (CCG) et prévoyant son départ dans un mois. Réunis en soirée à Riyad, les ministres des Affaires étrangères du CCG ont annoncé avoir «décidé de suspendre leur initiative en l’absence des conditions propices pour la réussite de leur médiation».

Cette mesure survient alors que le Président Saleh a refusé hier de signer un accord sur une transition du pouvoir au Yémen, paraphé la veille par l’opposition et hier par le parti présidentiel et ses alliés en présence du secrétaire général du CCG, Abdellatif Zayani. M. Zayani a quitté en début de soirée Sanaa pour Riyad sans avoir obtenu la signature par le chef de l’Etat de l’accord. Le médiateur a été évacué par hélicoptère, avec l’ambassadeur des Etats-Unis à Sanaa Gerald Michael Feierstein, de l’ambassade des Emirats arabes unis, où ils avaient été encerclés par des centaines de partisans armés du régime yéménite. Les deux hommes ont assisté au palais présidentiel à la signature par des responsables du parti au pouvoir et de ses alliés, n’engageant pas le Président Saleh, de l’accord sur la transition.

L’ambassadeur américain a ensuite regagné, par hélicoptère, l’ambassade des Emirats d’où il avait pu sortir en milieu de soirée avec ses homologues de Grande-Bretagne, de l’Union européenne et de pays du Golfe, après une intervention des autorités, selon un diplomate du Golfe. Le chef de la diplomatie émiratie, cheikh Abdallah Ben Zayed Al-Nahayane, avait demandé instamment à Sanaa d’assurer la sécurité de l’ambassade et des diplomates qui s’y trouvent. Pour protester contre cet incident, un haut responsable du Congrès populaire général (CPG), le parti de M. Saleh, Ahmed Soufane, a annoncé hier sa démission du bureau politique du parti. Les rues de la capitale étaient vides hier soir à l’exception des partisans du régime armés.

«Nous avons peur, la situation peut tourner à l’anarchie avec les hommes de tribus armés acheminés par le Président à Sanaa», a affirmé un habitant. L’opposition, qui avait signé samedi soir l’accord sur la transition, a averti M. Saleh qu’il serait «chassé du pouvoir» sous la pression de la rue s’il ne signait pas l’accord. Les opposants à M. Saleh ont organisé sur la place du «Changement» la plus grande manifestation qu’a connue la capitale depuis janvier pour réclamer le départ immédiat du Président. Quelque 1,5 million de personnes ont pris part à ce rassemblement, selon des estimations concordantes dans les milieux de l’opposition. Les manifestants ont maintenu leur sit-in en soirée, protégés par les hommes du général Ali Mohsen Al-Ahmar, qui a fait défection en mars et s’est rallié aux contestataires.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 de 5)
Loading...

Une réponse à “Yémen : Le clash entre le président Saleh et l’opposition”

  1. alain 23 mai 2011 17:18

    Quel est stupide ce Ali Abdallah Saleh.. Il veut finir condamner à mort … c’est la fin qui l’attend après avoir refusé de signer ce compromis présenté par les pays du golf…

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom